Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

COVID- 19 : Prêt HORECA

13 mai 2020 | Catégorie : actus COVID-19

COVID- 19 : Prêt HORECA

Dans le cadre des mesures d’urgence décidées par le gouvernement bruxellois, finance&invest.brussels a reçu la mission de soutenir des demandes de crédits de l’ensemble du secteur HoReCa qui emploie au moins 10 ETP, ainsi que leurs fournisseurs, impacté par la crise du Coronavirus.

Cette mesure exceptionnelle est mise en place pour aider les entreprises qui sont confrontées à des pénuries de capitaux en raison de la crise actuelle. Il s’agit d’un prêt à taux réduit sans demande de garantie (en quasi fonds propres).

POUR QUI ?

Établissements HORECA bruxellois, selon les critères de base pour être éligible :

  • Employer au moins 10 ETP
  • Ne pas avoir eu de problèmes financiers à la fin de 2019
  • Avoir déjà fait usage des autres mesures.

Fournisseurs-clés du secteur HORECA, selon les critères de base pour être éligible à l’aide

  • Priorité donnée à ceux qui fournissent des biens ou services les plus essentiels pour la continuité de l’activité des entreprises HORECA bruxelloises et qui ont dans leur clientèle le plus grand volume d’entreprises HORECA bruxelloises.
  • Ne pas avoir eu de problèmes financiers à la fin de 2019.
  • Avoir déjà fait usage des autres mesures.

MODALITÉS ?

Les caractéristiques du prêt :

  • Les taux dépendent du montant et sont au minimum de 2% et au maximum de 3,6 %.
  • Possibilité d’un moratoire (délai de paiement, sauf les intérêts) de 6 à 12 mois
  • Aucune indemnité de remplois si on refinance ou rembourse anticipativement
  • Sans pari passu
  • Sans negative pledge (= terme anglais se réfère à une clause insérée dans une convention de crédit qui interdit la mise en place de nouvelles garanties au profit d’autres créanciers sur tout ou partie des actifs et biens possédés par le débiteur. L’objectif d’une negative pledge est de maintenir la qualité des garanties données au créancier initial par rapport à de nouveaux prêteurs. Ici, il n’y a pas cette clause ce qui est un véritable avantage).

Si vous êtes un établissement HORECA ou un fournisseur HORECA et que vous répondez aux critères susmentionnés, vous pouvez faire appel à ces nouveaux crédits en envoyant un e-mail à coronacontact@finance.brussels en indiquant les informations suivantes :

  • Nom de société
  • Numéro de tva
  • Secteur d’activité
  • Numéro de téléphone

finance&invest.brussels a pris la mesure de cette mission spécifique confiée par le Gouvernement en mettant en place des solutions de financement singulières avec agilité et détermination, tout en continuant à faciliter et compléter la chaîne de financement des entreprises créatrices de valeur en Région bruxelloise.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 5 : PERMAFUNGI

15 octobre 2020 | Catégorie : Podcast

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 5 : PERMAFUNGI

Nous donnons la parole à nos clients-partenaires qui ont réussi à se réinventer, s’adapter ou encore à se rendre utile en période de crise.
Ces entreprises qui font Bruxelles, plus que jamais ! épisode 5 : PERMAFUNGI

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 4 : ECO-TAP

16 septembre 2020 | Catégorie : Podcast

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 4 : ECO-TAP

Nous donnons la parole à nos clients-partenaires qui ont réussi à se réinventer, s’adapter ou encore à se rendre utile en période de crise.
Ces entreprises qui font Bruxelles, plus que jamais ! épisode 4 : ECO-TAP

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Eco-tap, le spécialiste des produits d’entretien zéro-déchet, augmente son capital pour développer son réseau de distribution

21 août 2020 | Catégorie : actus

Eco-tap, le spécialiste des produits d’entretien zéro-déchet, augmente son capital pour développer son réseau de distribution

Communiqué de presse

Bruxelles, le 21 août 2020. La start-up bruxelloise Eco-tap, spécialisée en distribution 100% zéro-déchet de produits liquides d’entretien, réalise une première levée de fonds de près de 300.000€ auprès de BeeFounders (incubateur de sociétés à impact) et de finance&invest.brussels (l’invest public bruxellois). L’objectif de cette augmentation de capital est de développer un réseau de distribution de vrac automatisé de produits liquides écologiques et de confirmer sa place de pionnier dans son domaine.

ECO-TAP C’EST QUOI ?

Eco-tap est une solution ultra simple et accessible pour consommer des produits liquides ménagers sans générer aucun déchet, tant au niveau du contenant que du contenu. Tout est automatisé, il suffit d’appuyer sur « start » ! Concrètement, les produits sont disponibles via des distributeurs automatiques entièrement développés par Eco-tap et fabriqués dans son atelier bruxellois. Installés en magasin, ces distributeurs permettent aux consommateurs de venir recharger leurs bouteilles vides au lieu de les jeter. Actuellement, la gamme à prix compétitifs se compose de produits d’entretien domestiques écologiques : lessive, adoucissant, vaisselle, nettoyant sol et également du gel hydro-alcoolique.

« Lorsque nous avons pris conscience que l’utilisation de bouteille à usage unique devenait réellement problématique, nous avons décidé de réagir. 6 mois après, notre premier prototype de distributeur de vrac liquide était opérationnel ! Notre objectif est de pouvoir offrir aux consommateurs une vraie solution « zéro-déchet » facile et efficace, tout en participant à la préservation de l’environnement. Nous voulons par ailleurs prouver qu’une activité économique locale et durable peut-être rentable », explique Olivier Potvin, co-fondateur.

UN MARCHE EN PLEINE TRANSITION !

95% des emballages plastiques sont à usage unique, ce qui génère des tonnes de déchets annuellement. Bien que la Belgique soit un des pays les plus avancés en matière de recyclage, le taux de recyclage des emballages en plastique approche seulement 40% (source RTBF, 15/05/2018).
De plus en plus de consommateurs sont conscients de cette problématique et se tournent vers la distribution en vrac. Bien que la grande distribution emboite petit à petit le pas, les magasins « BIO » ont été les premiers à offrir ce genre d’alternative. La solution d’Eco-tap est aussi adaptée à la grande distribution qui lui permet de répondre aux besoins des « game changer ».

POURQUOI UNE LEVEE DE FONDS ?

Déjà présente dans une quinzaine de magasins bio et également dans quelques supermarchés en Région bruxelloise et en Brabant Wallon, la start-up Eco-tap a l’intention de développer davantage son réseau de distribution. Elle a l’ambition d’obtenir 400 points de vente d’ici 3 ans. Elle souhaite par ailleurs renforcer son équipe afin de répondre à la demande importante. L’investissement de 270.000€ de BeeFounders et de finance&invest.brussels permettra à Eco-tap de réaliser ses objectifs plus sereinement. Eco-tap devrait probablement attirer de nouveaux investisseurs car force est de constater que l’intérêt des investisseurs pour des solutions à impact sociétal positif ne cesse d’augmenter.

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels explique : « En offrant une solution crédible pour le consommateur et pour la gestion des déchets, le projet d’Eco-tap participe pleinement aux enjeux de la transition économique. Si l’on veut impacter durablement en changeant les habitudes de consommation grâce notamment au vrac liquide, il importe d’encourager sa présence, aussi bien dans les magasins bio que dans la grande distribution. Cette ambitieuse opportunité est portée par Eco-tap constituée d’une équipe dynamique et stratégique ».

BeeFounders, le start-up studio à impact sociétal, souligne que « Au-delà de cette levée de fonds, l’enjeu est de renforcer les équipes des start-ups impactantes avec de l’expérience et des compétences. Cela réduit les risques pour les investisseurs ».

QUI SE CACHE DERRIERE ECO-TAP ?

Eco-tap a été fondé en octobre 2019 par Olivier Potvin et Arthur Peemans pour « contribuer à leur échelle à un monde plus propre ». Forts de leurs expériences complémentaires, Olivier qui possède une importante expertise en stratégie et management (McKinsey et Sabena Aerospace) et Arthur qui a un solide bagage commercial (BMW Alpina) peuvent compter sur le soutien de BeeFounders. L’incubateur à impact les soutient en effet et les accompagne dans le développement de leur projet innovant et ambitieux. Françoise Burlet (ex-Delhaize) a également rejoint le Conseil d’administration d’Eco-tap.

ECO-TAP, EN BREF

– Un pionnier de la distribution zéro déchet de produits liquides ménagers en Belgique
– Une gamme de 5 produits d’entretien écologiques
– Des distributeurs automatisés de produits liquides pouvant distribuer jusqu’à 3 produits différents (une version 4 produits devrait sortir en septembre)
– 15 points de vente actuellement à Bruxelles et dans le Brabant Wallon (https://eco-tap.be/find-us).
– Un chiffre d’affaire attendu pour 2020 de 100k€ mais devrait atteindre 1 million € dans les 2 ans à venir (avec un breakeven en 2021).

Plus d’infos ?
Olivier Potvin
+32 (0) 493 89 14 00
olivier@eco-tap.eu

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

dgenious, le spécialiste de la data pour chaînes de magasins et de restaurants, lève 1 million € pour accélérer sa croissance en Europe

17 juillet 2020 | Catégorie : actus financements

dgenious, le spécialiste de la data pour chaînes de magasins et de restaurants, lève 1 million € pour accélérer sa croissance en Europe

Communiqué de presse 17 juillet 2020

Bruxelles, le 17 juillet 2020. dgenious, spécialisée en Big Data pour les chaînes de magasins et restaurants, réalise une levée d’1 million € auprès de The Faktory Fund et finance&invest.brussels pour assurer son expansion en Europe et asseoir son leadership dans son domaine. Déjà présente dans plusieurs pays européens, la start-up est active dans les secteurs de l’hospitalité, du luxe, du retail, de la mode et de la santé. Elle a développé et commercialise une solution de business intelligence unique en offrant à ses clients, qui gèrent de nombreux points de ventes, un accès direct à leurs données clés consolidées en temps réel. Une véritable valeur ajoutée pour optimiser ses indicateurs de performance !

Radicalement différent des systèmes de business intelligence (BI) classique, la technologie unique de dgenious permet à chaque utilisateur d’obtenir facilement et immédiatement les analyses, rapports et tableaux de bord dont il a besoin sans l’intervention d’un spécialiste BI. dgenious se connecte directement aux bases de données de ses clients (systèmes de caisses, ERP, CRM entre autres) et consolide ces données en temps réel. La finesse dans les analyses, la rapidité d’implémentation et le prix attractif sont d’autres caractéristiques clés de dgenious.

« dgenious partage avec EVS ce qui a fait son succès : avoir inventé une technologie, ici dans le domaine de la business intelligence des points de ventes, qui a permis de construire des interfaces utilisateurs uniques et inimitables et qui lui permettra de devenir un des leaders incontournables dans l’utilisation des données à l’échelle internationale. » Pierre Lhoest, Fondateur d’EVS et de The Faktory Fund

dgenious développe et commercialise une solution de business intelligence à la fois simple et sophistiquée spécifiquement adaptée aux chaînes de magasins et de restaurants. Ces clients ont la particularité d’avoir de grosses bases de données, des magasins en gestion propre et des franchisés avec des systèmes pas toujours standardisés, et beaucoup d’utilisateurs aux besoins très différents. Aussi, ils adoptent une gestion quantitative qui demande toujours plus de données.

« Nous sommes fiers de compter dgenious dans notre portefeuille d’investissements. Cette start-up à haut potentiel a développé une technologie innovante et robuste permettant la digitalisation de sociétés commerciales et l’optimisation de leur processus décisionnel. En plus de sa technologie disruptive, elle est pilotée par une équipe dynamique et très expérimentée.
Ses atouts lui permettront de devenir un acteur de premier plan sur la scène internationale tech et apportera en outre du rayonnement à la Région de Bruxelles-Capitale
», relève Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

L’investissement d’1 million € par The Faktory Fund et finance&invest.brussels a pour objectif de donner à dgenious les moyens nécessaires pour accélérer sa croissance en Europe. Les clients de dgenious sont des chaînes de magasins et de restaurants qui gèrent entre plusieurs dizaines et plusieurs centaines de points de ventes, mêlant magasins en gestion propre et franchisés. Le siège opérationnel de dgenious est à Bruxelles et son centre R&D en Suisse.

« J’ai été particulièrement impressionné par le caractère à la fois très disruptif de la plateforme générant directement de la plus-value chez les clients et par la qualité d’exécution de l’équipe avec laquelle la collaboration s’annonce passionnante. » Simon Alexandre, General Partner & Co-Founder The Faktory Fund, member of the board dgenious.

L’origine de Dgenious

Lorsqu’il fonde dgenious, Antoine Lebacq (Chief Technology Officer), a ouvert un magasin franchisé Patagonia et rencontre les problèmes typiques de ce secteur. « Je voulais savoir quels clients n’étaient pas venus récemment, lesquels avaient acheté une veste mais pas le pantalon assorti… Comme je n’ai pas trouvé l’outil performant pour analyser mes ventes de façon détaillée, j’ai décidé de le créer ». Mais Antoine est un gestionnaire de magasin au parcours atypique : il a derrière lui une belle carrière dans les salles de marchés de banques d’affaires à Londres où il a jonglé avec les modèles mathématiques les plus poussés. Les gros calculs pour lesquels on veut une réponse en temps réel, c’était son cœur de métier. Il est rapidement rejoint par Emmanuel Girod (Chief Analytics Officer), expert en modélisation et en analyse quantitative avec qui il avait travaillé pendant de nombreuses années. Leur expérience de la finance de marché aura un impact déterminant dans la technologie de dgenious. Gaëlle Helsmoortel (Chief Executive Officer) complète l’équipe fondatrice. Ancienne cadre de L’Oréal et consultante en stratégies digitales, elle transforme ce produit hautement technologique en un business à grande échelle. dgenious.com

Gaëlle Helsmoortel, CEO de dgenious: « Le meilleur atout de dgenious ? Notre technologie bien sûr, mais aussi notre expertise et notre capacité à répondre aux besoins de nos clients. Notre solution les aide à améliorer leurs ventes et leur rentabilité. Grâce à un accès facile, flexible et rapide à leurs données, ils connaissent de façon détaillée et en temps réel leurs ventes, leurs clients, leurs stocks… Une approche et une solution fondamentalement différentes d’un projet BI classique. »

A propos de The Faktory Fund
Le Faktory Fund est un fonds d’investissement privé pour des start-up technologiques, co-fondé par Pierre L’Hoest (fondateur et ancien PDG d’EVS Broadcast) et Simon Alexandre (ancien PDG du CETIC). Le Faktory Fund soutient des start-ups principalement dans les domaines de l’Internet des objets et du Software as a Service (SaaS) sur les marchés internationaux B2B. L’expérience industrielle de la direction et des investisseurs du Faktory Fund offre aux fondateurs une expertise unique pour développer des start-ups B2B.
thefaktory.com

À propos de finance&invest.brussels
finance&invest.brussels est une entreprise publique bruxelloise. Elle facilite et complète la chaîne de financement des entreprises créatrices de valeur en Région bruxelloise sous forme de prêts, de prises de participation ou de garanties. Sa mission consiste à soutenir leur création, développement, innovation, internationalisation, transition environnementale ou reprise-transmission. finance&invest.brussels s’adresse à deux publics spécifiques : d’une part, les start-up, scale-up et PME (investissement de 100.000 € à 5 millions), et d’autre part, les TPE, entreprises sociales et coopératives (investissement de 5.000 € à 150.000 €).

Contact :
Gaëlle Helsmoortel, CEO
+3247629116
g.helsmoortel@dgenious.com
LinkedInFacebookTwitterYoutube

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

2 millions € pour le fonds Volta Ventures II dédié aux jeunes pousses tech

16 juillet 2020 | Catégorie : actus financements

2 millions € pour le fonds Volta Ventures II dédié aux jeunes pousses tech

COMMUNIQUE DE PRESSE 16 juillet 2020

Bruxelles, le 16 juillet 2020. finance&invest.brussels investit 2 millions € dans le fonds Volta Ventures II qui soutient la création et la mise sur le marché de start-ups actives dans le software et l’Internet. L’invest public régional souhaite pallier le manque de financement au démarrage du projet d’une entreprise technologiquement prometteuse. Dans un contexte de relance économique, il importe de compléter la palette des instruments publics financiers existants et de renforcer une offre privée jugée insuffisante. En s’adossant à ce fonds, finance&invest.brussels augmente davantage sa capacité d’action pour soutenir des entreprises dès leurs premiers pas.

Créé fin 2019 et piloté par Frank Maene et Sander Vonk, Volta Ventures II est un fonds de capital-risque spécialisé en financement d’amorçage de start-ups technologiques prometteuses. Succédant à Volta Ventures I qui a été soutenu notamment par Marc Coucke et Michel Akkermans (également partner dans Volta II), il dispose d’un capital de 40,6 millions € – récoltés auprès d’investisseurs publics et privés – auquel s’ajoute aujourd’hui la participation de 2 millions € de finance&invest.brussels. Il vise une vingtaine de sociétés en portefeuille en phase de pré-commercialisation et d’amorçage avec des investissements de 300 000 € à 2 millions €, avec un maximum de 15% du fonds.

Les entreprises soutenues pourront bénéficier d’une équipe multidisciplinaire expérimentée dans les domaines notamment de l’entrepreneuriat technologique, la finance, le recrutement, la stratégie et la gestion de croissance.

Force est de constater qu’il existe peu de fonds d’investissement en « seed capital » en Belgique. Il est dès lors pertinent de soutenir les acteurs privés présents sur ce segment pour développer la scène entrepreneuriale, qui plus est technologique, au niveau belge. Le ticket d’investissement pour accéder à ce nouveau fonds est non négligeable : 250 000 € pour les particuliers, 1 million pour les institutionnels, mais a prouvé le potentiel important du retour sur investissement. Volta s’engage par ailleurs à investir un montant correspondant à 100% de sa participation à Bruxelles. Grâce aux investissements de son premier fonds, Volta a participé à la création de 223 emplois depuis son existence fin 2014 jusqu’en septembre 2019, principalement des profils commerciaux et techniques comme des développeurs. Volta I compte plusieurs start-ups émergentes dans son portefeuille comme notamment à Bruxelles la proptech Nodalview et la fintech Keyrock.

« La phase de démarrage est une étape charnière dans la vie d’une entreprise qui travaille déjà depuis plusieurs mois au développement de son produit et doit initier la commercialisation de celui-ci tout en finançant sa croissance. Les investisseurs se montrent souvent frileux (et davantage dans le contexte actuel) à financer des projets qui débutent et qui doivent encore prouver la pertinence de leur business model. De par son expertise et son positionnement, Volta est un partenaire de taille pour remédier à cette situation », relève Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

Volta Ventures II vise à faciliter, d’une part, l’accès de start-ups à des sources de financements et d’autre part, leur démarrage et la mise sur le marché de leurs solutions innovantes au sein de filières porteuses pour le Bénélux. Les thèmes d’investissement du fonds (FinTech, InsurTech, EdTech, LegalTech et HRTech, proptech, AI, ML et marketingtech notamment) s’alignent avec la stratégie d’investissement de finance&invest.brussels.

« Depuis la création de Volta I en 2014, le paysage du venture capital a beaucoup évolué. En effet, un nouveau marché européen se dessine reposant sur deux grandes tendances. Premièrement, pour arriver en phase de SERIES A, la taille des tours de table est devenue plus grande et par conséquent il faut plus de temps aux entreprises pour atteindre cette étape. Ensuite, l’intérêt international de « megafonds » mondiaux pour les entreprises technologiques du Benelux est palpable, grâce notamment à la visibilité de success stories tech. Il est donc important de pouvoir compter sur des acteurs pour pouvoir soutenir le développement de toutes jeunes entreprises à potentiel. Dans cette optique, finance&invest.brussels constitue un investisseur de choix », souligne Frank Maene, Managing partner de Volta.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Stoomlink, la mobilité du futur, réalise une levée de fonds auprès de Vias et finance&invest.brussels

19 juin 2020 | Catégorie : actus financements

Stoomlink, la mobilité du futur, réalise une levée de fonds auprès de Vias et finance&invest.brussels

La Start-up bruxelloise Stoomlink, spécialisée dans la récolte et l’analyse de données digitales en matière de mobilité, annonce aujourd’hui une levée de fonds de 300 000€ auprès de Vias (ex-IBSR) et de finance&invest.brussels pour augmenter sa croissance. Après le succès de projets importants comme SmartMobilityPlanner réalisé en collaboration avec la SNCB, STIB, TEC et De Lijn, la start-up poursuit sur sa lancée et finalise son nouvel outil MobiScore, un générateur d’études d’accessibilité

Stoomlink souhaite accélérer la mobilité du futur grâce à ses outils digitaux et ainsi aider les entreprises et pouvoirs publics à se tourner vers un mode de déplacement plus durable.

Depuis sa création, de nombreuses collaborations ont porté leurs fruits et ont confirmé l’ambition et les perspectives de nouveaux projets du duo de fondateurs Thomas Hermine et François Halin.

«Des écrans interactifs dans des grandes gares, un projet avec une chaîne de télévision, une app construite avec les 4 opérateurs de transports publics belges… Les derniers mois ont été bien remplis ! Nous sommes ravis de constater que ces premiers projets ont convaincus nos investisseurs», sourit Thomas Hermine, CEO de Stoomlink.

«Forte d’une équipe aux talents complémentaires et active sur la scène de la mobilité, Stoomlink a réalisé des collaborations fructueuses et privilégiées avec les acteurs des transports en commun. Elle offre une solution pour améliorer la mobilité grâce à sa technologie innovante qui permet de prédire l’état futur du réseau des transports. En tant qu’invest public, nous devons soutenir ce genre de projet qui facilite la mobilité en milieu urbain et encourage la mobilité douce à Bruxelles», souligne Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

Jean-Francois Gaillet, directeur de l’innovation et de la technologie à l’institut Vias, complète: « Pour encourager les gens et les entreprises à changer de comportement, il est important de disposer de bonnes données qui peuvent être facilement utilisées. Stoomlink possède l’expertise nécessaire pour traiter rapidement et efficacement un grand nombre de données importantes sur la mobilité. Pour l’institut Vias, cette participation est importante car elle nous permet de contribuer activement au transfert modal. De cette manière, nous assurons non seulement une mobilité plus écologique, mais aussi la sécurité routière » .

Succès et collaborations

Stoomlink, spécialiste dans la récolte et l’analyse de données mobilité développe une gamme de produits d’informations à destination des médias, des entreprises et des pouvoirs publics désireux de réaliser un shift vers plus de mobilité douce. La chaîne publique RTBF inclut d’ailleurs aujourd’hui les données générées par la start-up des transports publics dans les flashs infos trafic de son Mobilinfo.

En 2019, Stoomlink lance “SmartMobilityPlanner.be” avec les quatre grands opérateurs de transports publics belges : SNCB, STIB, TEC et De Lijn. « Le Smart Mobility Planer est le tout premier planificateur d’itinéraire intégré en Belgique, qui combine une série de modes de transports durables, en temps réel. Le tout en s’inscrivant dans une démarche visant à défendre l’Open Data et l’Open Source » , explique François Halin, COO de Stoomlink

Début 2020, Stoomlink et la SNCB s’unissent à nouveau et lancent les écrans infos prenant place dans plusieurs gares de la SNCB. Vélos, trottinettes, bus, trams… En un seul coup d’œil, les navetteurs ont toute l’info de la mobilité durable.

Aujourd’hui, Stoomlink finalise son dernier outil : le Mobiscore, un générateur d’études d’accessibilité. « Le principe est simple : en entrant une adresse dans le système, on obtient rapidement un score d’accessibilité verte, noté de A à E », relève François Halin. Et de préciser : « Où installer mon nouveau magasin ? Quel est l’état des infrastructures cyclistes dans la commune ? Quelles sont les zones qui manquent cruellement de transports publics ? Mobiscore permet de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore. L’accessibilité (retards, durée de trajet, fréquence des lignes notamment) de plusieurs sites sera déterminée grâce à Mobiscore.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 3 : Spentys

19 juin 2020 | Catégorie : Podcast

Ces entreprises qui font Bruxelles, épisode 3 : Spentys

Nous donnons la parole à nos clients-partenaires qui ont réussi à se réinventer, s’adapter ou encore à se rendre utile en période de crise. Ces entreprises qui font Bruxelles, plus que jamais ! épisode 3 : Spentys

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

AiVidens lève un demi-million pour prédire les risques d’insolvabilité

18 juin 2020 | Catégorie : actus Investissement

AiVidens lève un demi-million pour prédire les risques d’insolvabilité

Communiqué de presse

La Fintech belge qui recourt à l’Intelligence Artificielle afin d’évaluer, en temps réel, la santé des portefeuilles de créances tout en déterminant la meilleure stratégie de recouvrement, reçoit le soutien de BeAngels et finance&invest.brussels.
Une aubaine pour les entreprises qui doivent, plus que jamais, être précautionneuses dans les deals qu’elles passeront, afin de garantir le paiement des clients et donc leur trésorerie.

Bruxelles, le 18 juin 2020. “Trust is the new money!” … Tout est dit et c’est sur cette assomption que trois ingénieurs au parcours sans faute dans le secteur du software et de la finance internationale ont réalisé leur rêve d’indépendance, il y a à peine un an. L’inventivité et la rigueur de leur solution ont déjà convaincu le géant SAP qui les a rapidement intégrés à sa plateforme ERP, alors que plusieurs clients de référence dans différents secteurs d’activité développent leur business de manière prospective et donc plus sûre, avec des entreprises dont ils peuvent désormais calculer le risque de non-paiement avant de fournir leurs services ou délivrer leurs produits.

« Le cash est l’oxygène des personnes morales et la crise que nous traversons le prouve chaque jour. » explique Edouard Beauvois, co-fondateur et CEO d’AiVidens. « Faire des affaires, c’est d’abord et avant tout assurer ses arrières pour mieux sauter et, en mettant une solution aussi intuitive qu’agile dans le Cloud à leur disposition, nous offrons aux entreprises l’option de savoir à l’avance si et même quand leurs clients règleront leurs créances. »

Un algorithme savant qui évalue des indicateurs précis, des mesures de sécurité inédites afin de protéger les données sensibles et une expertise métier rare dans le monde… Il n’en fallait pas plus pour aiguiser l’intérêt de Business Angels en cette période où le risque de faillites en domino est plus prégnant que jamais dans l’économie. Que ce soit sur le plan financier et en termes d’accompagnement, finance&invest.brussels et BeAngels ont ainsi donné à AiVidens les moyens de ses ambitions sur base de réalisations concrètes et d’un potentiel de croissance indéniable.

« Rien qu’en Europe, l’année passée, lorsque tout allait bien, on estime à 200 milliards d’euros les pertes des entreprises suite aux défauts de paiement auxquels elles ont dû faire face. Selon des hypothèses établies avec SAP, ce montant pourrait être réduit de 20% grâce à une solution aussi puissante que celle d’AiVidens », souligne Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels. Et de préciser : « En effet, grâce à sa technologie innovante, AiVidens offre une solution viable permettant d’améliorer la trésorerie des entreprises et d’anticiper les problèmes de paiement des clients. C’est ce qui nous a convaincus de soutenir cette société en phase de démarrage et ainsi lui permettre de développer son grand potentiel. »

Gérer c’est prévoir et on ne peut piloter que ce que l’on peut mesurer. Le Big Data associé à l’Intelligence Artificielle offrent aujourd’hui la possibilité pour nombre d’acteurs économiques de mieux savoir où ils mettent les pieds. Prédire le sérieux d’un client en estimant objectivement sa santé financière, analyser les risques et donc réduire le taux de créances douteuses, proposer la meilleure marche à suivre en cas de problème et ultimement gérer la relation client comme il se doit, voilà la quadrature du cercle que nos entrepreneurs ont réussi à boucler pour leurs premiers clients, de véritables pionniers en la matière.

« En tant que gestionnaires et conseillers immobiliers indépendants, notre mission va bien au-delà de l’administration purement logistique des biens de nos clients. » précise Gilles Naeyaert, CEO de Cobelpro. « Nous nous positionnons aussi comme leur partenaire privilégié en termes de Risk Management. Raison pour laquelle nous avons recours à la solution d’AiVidens qui offre à nos propriétaires un formidable outil de prédiction leur permettant de prendre les décisions les plus avisées et donc d’organiser leur portefeuille au mieux. Ils peuvent, d’une part, être compréhensifs vis-à-vis d’un locataire incapable d’honorer ses obligations pour différentes bonnes raisons et, d’autre part, rester attentifs pour ceux qui tenteraient d’abuser de leur confiance. Nous avions jeté notre dévolu sur AiVidens bien avant la crise du Coronavirus, mais force est de constater qu’un tel atout prend d’autant plus d’ampleur en cette période économiquement et éthiquement sensible. »

« Les CFO de demain ont compris l’avantage concurrentiel que constitue l’analyse prédictive des données afin de seconder les équipes commerciales et monitorer l’opérationnel. C’est donc un nouveau paradigme qui s’inscrit au sein même des entreprises où la finance devient moteur proactif et non plus analyste réactif. » conclut Claire Munck, CEO de BeAngels. « Hors de question de fliquer pour le plaisir de stigmatiser. C’est, entre autres, cette belle morale qui nous a aussi convaincus d’investir. La motivation d’AiVidens est de permettre à ses clients de comprendre, en connaissance de cause, la situation de leurs propres clients, pour que créditeurs et débiteurs fonctionnent de concert et réussissent ensemble ! »

À propos de finance&invest.brussels : finance&invest.brussels est une entreprise publique bruxelloise. Elle facilite et complète la chaîne de financement des entreprises créatrices de valeur en Région bruxelloise sous forme de prêts, de prises de participation ou de garanties. Sa mission consiste à soutenir leur création, développement, innovation, internationalisation, transition environnementale ou reprise-transmission.
finance&invest.brussels s’adresse à deux publics spécifiques : d’une part, les start-up, scale-up et PME (investissement de 100.000 € à 5 millions), et d’autre part, les TPE, entreprises sociales et coopératives (investissement de 5.000 € à 150.000 €).

Á propos de Be Angels : Le réseau Be Angels a été créé il y a 20 ans pour pallier deux problèmes : aider les jeunes startups qui éprouvent des difficultés à se faire financer et à être accompagnées, mais aussi proposer aux investisseurs un réseau organisé et structuré pour faciliter leurs investissements dans l’économie réelle. Si c’est le cœur de notre métier, l’une des raisons d’être du réseau Be Angels est aussi de sensibiliser, former, accompagner, conseiller, orienter les personnes voulant devenir business angels mais aussi celles qui veulent lever des fonds auprès de ces investisseurs privés. Investir dans des sociétés dites en phase de démarrage, c’est un métier. Nous offrons un conseil et un accès à un réseau privilégié à tous nos membres investisseurs. Nous aidons les investisseurs à l’accompagnement stratégique et jouer un rôle actif auprès de l’entreprise qu’ils financent.

À propos de cobelpro : La société fut constituée en 1992 et s’est développée depuis, pour devenir l’un des gestionnaires et conseillers immobiliers indépendants les plus importants de Belgique.
Cobelpro a concentré ses activités sur la gestion de biens immobiliers professionnels et résidentiels. De plus nous complétons notre offre aux propriétaires par des conseils pour la gestion et l’exploitation de leur patrimoine foncier.
Au départ de son siège social établi à Anvers et de ses filiales à Bruxelles, en la province du Brabant wallon et au Luxembourg, la société Cobelpro est active sur la quasi-totalité du territoire belge et du Grand-Duché de Luxembourg.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

COVID-19 | Prêt RECOVER : Un microcrédit à taux réduit

11 juin 2020 | Catégorie : actus COVID-19

COVID-19 | Prêt RECOVER : Un microcrédit à taux réduit


Un nouveau prêt de trésorerie pour soutenir la petite entreprise impactée par la crise actuelle et pour l’aider à repartir dans de meilleures conditions

COMMUNIQUE DE PRESSE 11 juin 2020

Bruxelles, 11 juin 2020. Dans le cadre des mesures économiques d’urgence décidées par le Gouvernement bruxellois, finance&invest.brussels, via sa filiale Brusoc, lance le prêt « RECOVER » à un taux avantageux destiné à soutenir exclusivement la trésorerie des très petites sociétés, des indépendants et des entreprises sociales impactées par les graves conséquences de la crise du Coronavirus. Créatrice d’emplois directs locaux et non-délocalisables, la micro-entreprise constitue une partie essentielle du tissu socio-économique bruxellois. Cependant, en raison de son fonctionnement et de sa structure financière, elle est aujourd’hui fragilisée et vulnérable. Le nouveau prêt d’urgence lui permettra de diminuer les tensions de sa trésorerie et de favoriser le redémarrage de ses activités économiques, et aussi de lui éviter une éventuelle faillite.

A la différence de grandes sociétés, la micro-entreprise est très souvent sous-capitalisée, fonctionne avec une trésorerie à flux tendu et évolue dans un environnement concurrentiel, ce qui impacte fortement ses marges et sa rentabilité.


La crise pourrait détruire un nombre important de petites sociétés et les faillites seront d’autant plus nombreuses si elle se prolonge.
C’est pourquoi, pour les aider à passer le cap de la crise et multiplier les chances de succès, Brusoc, le pôle au sein de finance&invest.brussels dédié à la microfinance, met en place le prêt d’urgence RECOVER. Ce financement permettra d’assurer la reconstitution du fonds de roulement, l’acquisition de stocks ou encore le paiement d’arriérés. Concrètement, le financement octroyé est de maximum 15.000 € à un taux d’intérêt de 1,75% sur une période maximale de 3 ans. Aucun nouvel apport propre n’est exigé. Le prêt est donc exclusivement destiné à alimenter le besoin en trésorerie de la micro-entreprise.


« En tant qu’acteur public, il est nécessaire de contribuer à la relance de l’activité économique en proposant des outils de financement adaptés et également de redoubler d’efforts pour éviter que le tissu socio-économique bruxellois ne s’effrite avec son lot de drame humain. Un risque de faillite en cascade est bel et bien possible si la crise se prolonge dans le temps avec une conséquence dramatique pour de nombreux indépendants, mais également pour l’économie régionale dans son ensemble portée en grande partie par des très petites entreprises, elles-mêmes pourvoyeuses d’emplois directs locaux et non-délocalisables », souligne Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

Le prêt RECOVER offre la possibilité de gagner du temps pour le maintien de l’activité d’un public spécifique d’entrepreneurs présentant plusieurs atouts : une grande flexibilité, une grande adaptation à des situations précaires, une capacité à se réinventer voire à innover, et un esprit d’entreprendre déterminé. Des avantages considérables en période de doute pour avancer et trouver les ressources nécessaires malgré tout.
Les Pouvoirs Publics jouent un rôle primordial dans le soutien apporté à toutes ces micro-entreprises en difficulté par la mise en place notamment de mesures concrètes adaptées à leur réalité dans leur grande diversité.

« Malgré les dispositifs de garantie fédérale et régionale, certaines petites entreprises, indépendants et entreprises sociales ne peuvent bénéficier d’un crédit bancaire pour faire face à leurs besoins de trésorerie. Ce nouveau prêt à taux réduit, proposé par Brusoc est dès lors un complément essentiel des mesures régionales en vue de soutenir nos acteurs économiques », explique Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

Concrètement, l’entreprise intéressée est invitée à se manifester par e-mail à covidbrusoc@hub.brussels. En retour, un conseiller financier de hub.brussels l’aide à rassembler les documents nécessaires, analyse son dossier et vérifie la faisabilité de la demande en fonction des critères d’attribution. Plus d’infos https://hub.brussels/fr/blog/covid-19-pret-urgence-pour-les-tpe-bruxelloises/


Le défi reste de taille pour les semaines et mois – voire années – à venir. Même si beaucoup d’incertitudes règnent quant à l’avenir, il importe de continuer à enrayer les effets dévastateurs de la pandémie de Covid-19 sur l’activité des micro-entreprises.
Des mesures spécifiques, comme le nouveau prêt de trésorerie, sont vitales afin d’éviter, autant que faire se peut, le maximum de faillite et les pertes d’emploi. Elles peuvent de surcroît favoriser la relance et les aider à repartir dans de meilleures conditions.

Dans ce contexte dense, finance&invest.brussels, avec l’appui du Gouvernement bruxellois, renforce son pôle Brusoc par l’engagement de deux personnes supplémentaires pour poursuivre son accompagnement financier adapté.

A propos de Brusoc

Au sein de finance&invest.brussels, Brusoc propose des produits financiers ciblant prioritairement les personnes physiques, les très petites entreprises (TPE), les entreprises sociales, les coopératives ou encore certaines asbl. L’intervention financière varie de 2.500€ à 100.000€ sous forme de prêt tandis que les interventions en capital sont de maximum 150.000€. Brusoc a démarré ses activités en 2001 dans le cadre de la programmation Objectif II (2000-2006) du Fonds européens de Développement régional (FEDER). Son travail a été reconnu à maintes reprises et a ainsi été reconduit lors de la programmation FEDER 2007-2013 et celle de 2014-2020.
Actuellement, afin de stimuler l’entrepreneuriat bruxellois, sa création et son développement, Brusoc propose 4 produits financiers spécifiques et adaptés : OPEN UP, RISE UP, COOP US et CITIZ US www.finance.brussels/nos-solutions/#tpe

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Le franchiseur immobilier We Invest lève un million d’euros

9 juin 2020 | Catégorie : financements

Le franchiseur immobilier We Invest lève un million d’euros

Communiqué de presse

Bruxelles, le 4 juin 2020 – La scale-up immobilière We Invest réalise une importante levée de fonds d’un million d’euros, dans le cadre d’un ‘move stratégique’ avant la série A, auprès de nouveaux investisseurs publics et privés: finance&invest.brussels, Seeder Fund, Olivier Witmeur et Jérémy Le Van notamment. Le réseau immobilier d’agences We Invest souhaite renforcer ses équipes et accroître le développement de ses activités en Belgique. La scale-up double chaque année sa croissance depuis sa création en 2014 et veut ainsi poursuivre sur cette lancée.

We Invest Real Estate, la scale-up immobilière belge, réalise une levée de fonds d’un million d’euros malgré la crise du COVID-19. Cette levée de fonds cadre avec la stratégie de développement de We Invest.

Une levée de fonds en phase avec les ambitions de développement de la scale-up

Depuis sa fondation en 2014, We Invest a développé, entièrement sur fonds propres, une approche innovante du modèle de l’agence immobilière différenciée, centrée sur l’humain et axée sur les nouvelles technologies et un marketing innovant.

La scale-up veut désormais accroître son développement en Belgique. D’une part, We Invest va renforcer ses équipes internes en marketing et en IT afin de mieux répondre aux besoins des agents immobiliers franchisés. We Invest compte créer sa propre agence marketing en interne et développer une équipe responsable des produits proposés aux clients. D’autre part, We Invest veut continuer le développement commercial de son réseau d’agences, en Wallonie puis en Flandre.

Raphaël Mathieu, CEO de We Invest, déclare: «Cette levée de fonds doit nous permettre d’accroître nos investissements et de renforcer nos équipes en interne, qu’il s’agisse du développement de nouvelles technologies ou de la création de notre agence de services marketing à destination de nos agents immobiliers. De plus, nous souhaitons poursuivre notre développement commercial tout en restant la figure de proue à la pointe de l’innovation dans le marché immobilier résidentiel.»

Cette levée de fonds est composée d’un apport financier d’un montant d’un million d’euros sous la forme d’obligations convertibles. Il s’agit d’un ‘move stratégique’ avant une série A. We Invest vise à continuer d’investir et de croître malgré l’arrêt temporaire du marché immobilier lié à la crise du COVID. Il s’agit également de s’entourer d’investisseurs car cette levée de fonds ne sera pas la dernière. Cette levée de fonds est une amorce. Elle précède une seconde levée de fonds, plus conséquente, prévue pour le début de l’année 2021, et qui aura pour objectif l’ouverture de nouveaux marchés. Le financement en série A vise à optimiser les leviers de traction (le produit et les clients cibles). Elle permet notamment de développer le produit sur différents marchés.

We Invest obtient la confiance des investisseurs malgré la crise liée au COVID-19

En dépit de la crise actuelle qui touche de nombreuses entreprises belges, We Invest a recueilli la confiance d’un panel hybride d’investisseurs, public et privé.

finance&invest.brussels, l’organisme public qui facilite et complète la chaîne de financement des entreprises créatrices de valeur en Région bruxelloise, et le fonds de Venture Capital privé Seeder Fund ayant pour vocation de financer de jeunes scale-ups technologiques et digitales ont participé à l’opération financière.

Ils ont été suivis par d’autres investisseurs privés dont Jeremy Le Van, co-fondateur de la société technologique Sunrise qui a été vendue à Microsoft en 2015, Olivier Witmeur, spécialiste de l’entrepreneuriat en Belgique, Professeur à la Solvay Brussels School of Economics and Management, et les membres du management de We Invest.

La levée de fonds a également été soutenue par le cabinet de conseil stratégique EKKOFIN, spécialisé dans ce type d’opération.

Réussir une levée de fonds dans les circonstances actuelles démontre à la fois la performance du modèle économique de We Invest et de son management. Cette opération est l’aboutissement d’un travail constructif qui a permis à la scale-up de créer une relation solide de confiance avec ses investisseurs.

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels, explique: «We Invest a une vision et une stratégie en tant que franchiseur immobilier qui nous a impressionnés. C’est une entreprise qui affiche des valeurs humanistes fortes et la capacité de développer des innovations marketing et technologiques inégalées par ses concurrents. Au-delà d’un business model rentable et duplicable, son ancrage bruxellois affirmé se traduit par la création d’emplois locaux. We Invest rend aussi possible le rayonnement à l’international du savoir-faire de ses équipes. C’est ce que nous recherchons auprès des scale-ups dans lesquelles nous investissons.»

Jonathan Pham, Fondateur de We Invest, ajoute: «Depuis son lancement, We Invest a poursuivi une stratégie de développement et d’innovation unique dans le secteur de l’immobilier résidentiel. Accroître sa présence en Belgique et préparer l’avenir sereinement sont ses deux fers de lance. Cette approche a porté ses fruits. Nous nous sommes entourés des meilleurs experts afin de décupler les capacités de We Invest.»

L’entreprise bruxelloise double chaque année sa croissance depuis sa création en 2014. Outre l’arrivée de Raphaël Mathieu en tant que CEO, plusieurs décisions stratégiques ont marqué 2020 dont la signature d’un contrat exclusif avec BNP Paribas Real Estate et le lancement de la première plateforme e-commerce développée en interne à destination de ses agents immobiliers.

Jonathan Pham, fondateur de We Invest et Raphaël Mathieu, CEO de We Invest

Si vous souhaitez de plus amples informations ou une interview, veuillez contacter Isabelle Schmit chez Luna:
Tél. : +32 2 658 02 93
Gsm : +32 495 59 38 06
isabelle@luna.be

À propos de We Invest
We Invest est un franchiseur immobilier qui a été fondé en 2014. La scale-up est spécialisée dans l’immobilier résidentiel (neuf et existant) en Belgique. L’entreprise propose une nouvelle façon d’aborder l’immobilier avec une approche basée sur l’humain et l’innovation technologique. L’entreprise travaille au service de ses agents et franchises immobilières.
Pour de plus amples informations: www.weinvest.be

FAQBOT

Introduire une demande

Besoin d'un soutien financier pour créer ou développer votre entreprise ? Nous vous proposons plusieurs solutions sur mesure. Introduisez une demande de financement en remplissant ce formulaire* et nous vous contacterons dans les meilleurs délais. Merci et à bientôt.

*Les données à caractère personnel sont uniquement recueillies et traitées dans le but de vous donner les informations souhaitées. Ces données ne seront pas communiquées à des tiers ni utilisées à des fins commerciales.