COMMUNIQUE DE PRESSE 8 mai 2018

 

8 millions d’euros investis au bénéfice de 99 entreprises bruxelloises en 2017

Le pôle de financement public régional présente son bilan 2017

Bruxelles, mardi 8 mai 2018. Lors d’une conférence de presse tenue au sein de Réconfort+, une entreprise d’éco-construction bénéficiant d’un prêt subordonné, le Président et le Vice-Président du Comité de Direction de finance.brussels/groupe SRIB, Serge Vilain et Jean-Luc Vanraes, ont présenté les éléments-clés du rapport d’activité 2017. Le pôle de financement public de l’économie régionale a permis le soutien de 704 emplois directs en investissant 8 millions d’euros dans 99 entreprises bruxelloises. Il confirme son rôle dans la microfinance et prend une part de plus en plus active dans le financement de start-up, le secteur ICT et économie numérique en tête. L’année 2017 est également marquée par un processus de réorganisation des structures du groupe au service de l’économie et de l’emploi en région bruxelloise.

CHIFFRES-CLÉS 2017 POUR LE GROUPE SRIB

Dans un contexte conjoncturel plus favorable, finance.brussels, le pôle de financement public régional qui réunit la SRIB et ses filiales, poursuit son rôle significatif au service du développement économique bruxellois. Le groupe SRIB a injecté 8 millions d’euros en 2017 dans 99 entreprises bruxelloises en création ou en croissance, sous la forme de 90 prêts et de 9 prises de participation en capital. En revanche, aucun désinvestissement n’est intervenu en 2017.

Ce dernier point explique que, sur un plan strictement financier, l’exercice se clôture par une perte après des bénéfices dégagés au cours des trois années précédentes. Cette perte illustre que finance.brussels se comporte comme un acteur de marché avec tous les risques que cela comporte.

Si l’on compare à 2016, on peut observer une diminution du volume d’activités qui est principalement imputable à l’arrêt, en 2017, des crédits de crise. Ces crédits constituaient une part importante des investissements de 2016. En effet, suite aux événements dramatiques de mars 2016, l’octroi de mesures exceptionnelles de financement, pour venir en aide à des indépendants et PME parmi les plus affaiblis, avait été mis en œuvre : 5.219.000 euros ont ainsi été investis sous forme de crédits de crise dans 54 entreprises.

De plus, compte tenu de liquidités importantes sur le marché bancaire et de la persistance de taux d’intérêts faibles, l’activité de cofinancement au sein du groupe SRIB a conséquemment été moins sollicitée en 2017.

Par ailleurs, la microfinance confirme sa raison d’être en finançant et accompagnant des indépendants et des petites entreprises : 68 micro-entreprises financées. Le groupe SRIB prend également une part de plus en plus active dans le financement de start-up : 17 investissements.

704 emplois directs ont ainsi été soutenus en 2017 dans des secteurs d’activités variés : les secteurs de l’ICT et l’économie numérique, du commerce et services, et de l’agroalimentaire forment le peloton de tête en matière de montants investis. Près de 80% des entreprises financées (représentant 61% du montant investi) sont des entreprises de moins de 10 personnes.

« Le groupe SRIB participe assurément au dynamisme socio-économique de la Région en favorisant la création et le développement de TPE et de PME bruxelloises, et assume ainsi, aussi, sa part dans la promotion de l’emploi des Bruxellois », relève Serge Vilain, Président du Comité de Direction de finance.brussels/groupe SRIB.

Avec actuellement un portefeuille de financements réparti dans 358 entreprises (35 entreprises en capital et 323 entreprises financées par prêts) concernant des milliers d’emplois directs, le groupe SRIB se positionne comme un acteur incontournable de l’écosystème entrepreneurial bruxellois.

2017, UNE ANNÉE DE TRANSITION

Le pôle de financement public a entamé en 2017 un important processus de réorganisation. Le groupe renouvelle une stratégie d’investissement au bénéfice de l’économie et de l’emploi en région bruxelloise. Dans le même temps, il redéfinit son offre globale de produits financiers à destination des entrepreneurs bruxellois afin de suivre la réalité d’un monde économique en constante mutation. Dans cette optique, finance.brusssels a l’ambition, encore et toujours, d’offrir une solution de financement claire, accessible et adaptée à n’importe quel stade du développement de la vie de l'entreprise.

La recherche de simplification de l’accès aux financements publics s’inscrit tout à fait dans la volonté exprimée par le Gouvernement bruxellois, actionnaire majoritaire de finance.brussels, de réorganiser et de rationaliser le paysage des institutions bruxelloises au service des entreprises et des entrepreneurs.

Par ailleurs, une refonte des statuts de finance.brussels en vue de répondre encore mieux aux impératifs actuels de gouvernance d’une entreprise d’intérêt public a également été entamée en 2017. Approuvée par le Gouvernement il y a quelques jours, elle devrait être avalisée par l’Assemblée Générale de ce 8 mai.

« Sur le marché très concurrentiel du financement des entreprises présentes à Bruxelles, le pôle de financement public maintient un rythme soutenu d’investissement. 2017 représente sans doute une année contrastée mettant en évidence que la préservation et l’amélioration de ses moyens d’actions sont une condition essentielle pour que finance.brussels puisse poursuivre son développement », conclut Serge Vilain.

RÉCONFORT+, une illustration de notre action dans la microfinance

Brusoc, filiale du groupe SRIB spécialisée dans le financement de très petites entreprises en création ou en développement, constitue un interlocuteur important de qualité dans les domaines de la microfinance, du soutien aux indépendants et de l’économie sociale.

« Quand nous avons démarré nos activités, nous nous sommes adressés tout d’abord aux banques classiques. Compte tenu de l’originalité de notre projet, mettre sur pied une entreprise sociale qui crée des ponts entre d’une part, la rentabilité économique et, d’autre part, la mise en pratique de critères sociétaux tels que l’insertion, l’environnement, la problématique des déchets, les difficultés pour obtenir un financement furent nombreuses. Nous avons donc dû trouver des solutions alternatives. Nous avons pris contact avec Brusoc qui a accepté de nous faire confiance. Aujourd’hui, je pense que Brusoc est une excellente solution pour des entreprises qui lancent des nouveaux projets, ils y trouvent une écoute, des conseils et une certaine prise de risque », confie Viktoria Diyakova, fondatrice de Réconfort+.

En bénéficiant d’un prêt subordonné de 100.000 euros de Brusoc, Viktoria Diyakova a pu mettre sur pied son projet de coopérative à finalité sociale dédiée à l’éco-rénovation et à l’écoconstruction, dont certains travailleurs, en parcours de réinsertion, sont formés au sein de l’entreprise. La finalité de Réconfort+ n’est donc pas seulement économique et environnementale, elle est aussi sociale. L’entreprise compte actuellement 16 employés.

Réconfort+ développe, dans l’esprit de l’économie circulaire, une nouvelle activité de fabrication de matériaux écologiques révolutionnaires à base de matières premières locales, et offre ainsi des produits accessibles et modulables à l’infini.