finance.brussels a accordé un prêt de 150 000 euros à la société Lateral Thinking Factory (LTF) spécialisée en développement urbain respectant les principes de l’économie circulaire. Grâce à ce prêt, LTF pourra maintenir le déploiement de ses activités. En encourageant cette approche, finance.brussels démontre sa volonté de répondre aux défis économiques, environnementaux et sociaux auxquels est confrontée la Région de Bruxelles-Capitale.

Selon l’agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie (ADEME), l’économie circulaire peut se définir comme un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien être des individus.

Fondée par trois associés, dont deux architectes expérimentés, la société Lateral Thinking Factory (LTF), installée à Pepibru, est un bureau de consultance spécialisé en développement urbain respectant les principes de l’économie circulaire, du Cradle-to-Cradle (C2C). Dans le secteur de la construction, cela signifie par exemple que les matériaux entrants sont conçus dès le départ pour être recyclés un jour dans une construction ultérieure. Les revenus de LTF proviennent de trois métiers : la participation à des projets architecturaux et immobiliers (AMO), la consultance ainsi que l’organisation de séminaires et de formations.

 « Avec ses conseils, LTF répond à bon nombre de préoccupations actuelles. Force est de constater que la vision du monde économique, tel qu’il est actuellement, est à bout de souffle. Il importe de promouvoir un modèle économique qui permet de transformer les déchets en nouvelles ressources énergétiques», a souligné Serge Vilain, Président du Comité de Direction de finance.brussels. A l’instar de nombreux acteurs internationaux et européens sensibilisés au concept d’économie circulaire, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale souhaite également s’atteler au développement économique équilibré et prospère au service du développement humain et de la qualité de vie de tous les Bruxellois. Et de préciser, « En palliant le manque de ressources énergétiques tout en supprimant la création de déchets, nous adoptons une vision à long terme, c’est une question de bon sens. Nous espérons donner l’envie d’encourager le financement de projets similaires et de faciliter ainsi une transition vers un modèle plus efficace et plus juste pour toutes et tous».

De plus, au niveau des activités, le chiffre d’affaires de LTF est en croissance chaque année depuis sa création en 2011. Vu la vingtaine de projets en cours, les prévisions tablent sur une forte augmentation de ses revenus et du nombre de ses collaborateurs pour les prochaines années.