Ce mardi 12 mai 2015, lors d’une conférence de presse, le Président du groupe finance.brussels/Srib, Serge Vilain, a présenté les éléments-clés du rapport d’activité 2014. Le Groupe représente à l’heure actuelle le principal acteur en capital-risque de la Région de Bruxelles-Capitale. 72 entreprises bruxelloises ont été financées et ont permis le soutien de près de 6000 emplois directs. L’institution financière bruxelloise, proposant diverses solutions de financement aux entrepreneurs, a réussi à redresser la barre et renoue par ailleurs avec un résultat positif.

En 2014, finance.brussels, qui réunit la Srib et ses filiales, a continué à avoir une activité soutenue en finançant 72 entreprises bruxelloises, à concurrence d’un montant de plus de 9 millions d’euros. Parmi ces entreprises, figurent à la fois des starters, des sociétés innovantes, et également des sociétés bruxelloises qui portent un projet ambitieux de développement sur la scène internationale. Les investissements visant à soutenir l’internationalisation (Exportbru) ont d’ailleurs connu une forte progression, plus de 30% en 2014. La majorité des entreprises soutenues par finance.brussels sont des starters ou ont encore une taille relativement modeste. Près de ¾ des entreprises financées en 2014 sont des entreprises de moins de 10 personnes.

Quelque 6000 emplois directs ont été soutenus dans des secteurs d’activités variés : les secteurs de l’agro-alimentaire, du génie civil et de la communication digitale/ICT forment le peloton de tête en 2014 en termes de montants investis qui sont légèrement inférieurs par rapport à l’année passée. Les comptes se soldent par contre, pour la première fois depuis 2008, par un léger bénéfice. Ces investissements réalisés ont permis à de nombreuses entreprises de poursuivre leur développement malgré un contexte économique qui reste difficile. 

Finance.brussels participe donc pleinement au dynamisme socio-économique de la Région en favorisant la création et le développement de TPE et de PME bruxelloises, et également la création d’emplois. Avec actuellement un portefeuille de financements dans près de 300 entreprises concernant plus de 20.000 emplois, le groupe Srib constitue un acteur incontournable œuvrant au positionnement de Bruxelles en tant que capitale de l’entreprenariat, et ce faisant, au rayonnement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Pour rappel, finance.brussels a pour vocation de soutenir la création, la réorganisation, l'expansion ou la transmission d'entreprises privées dans la Région de Bruxelles-Capitale. Si sa mission première, de soutien en capital développement, est inchangée depuis son existence en 1984, la société a multiplié les moyens pour y arriver :  « nous nous sommes efforcés d’être à la fois attentifs au marché, pour y déceler d’éventuelles lacunes, et suffisamment flexibles et réactifs pour y apporter des solutions adaptées. On joue vraiment notre rôle moteur dans cette Région », a souligné Serge Vilain. 

En 2014, suite à la régionalisation de l’ancien Fonds fédéral de Participation induite par la 6e réforme de l'Etat, finance.brussels a œuvré à la création d’un nouvel outil financier spécifiquement adapté et simplifié aux besoins des indépendants et TPE implantés sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Ainsi, Brupart, nouvelle filiale du groupe Srib, qui propose à la fois un produit de cofinancement (Brufin) et un produit de micro-finance (BoostMe), vient parfaitement compléter la gamme de solutions financières proposées par le groupe Srib. Il s’agit là d’une réponse sur mesure pour l’entrepreneur qui rencontre parfois des difficultés à obtenir un accès au financement bancaire.

« Nous estimons que chaque entrepreneur, peu importe son profil, et pour autant que son projet paraisse viable, doit avoir sa chance. A chaque projet et pour chaque stade de développement, finance.brussels propose une solution de financement. C’est notre métier ! On fait ce que les autres ne peuvent pas faire ou ne peuvent plus faire », a précisé Serge Vilain.

Enfin, si finance.brussels a constitué, au fil des années, une palette très complète d’outils financiers en Région bruxelloise, elle souhaiterait dans un futur proche apporter également une solution au segment de marché du « seed capital » ou des sociétés en phase de pré-commercialisation. En effet, « nous sommes convaincus depuis longtemps qu’il y a là aussi, pour les opérateurs du secteur public, un rôle important à jouer. », a conclu Serge Vilain.