Brusoc a programmé une série de rencontres avec ses partenaires (entreprises soutenues) et acteurs dans divers secteurs de l’économie bruxelloise afin d’identifier les problématiques actuelles et spécifiques par branche d’activité. Dans ce cadre, la filiale du groupe SRIB de l’économie locale et sociale, a organisé une table ronde sur le secteur du transport de personnes à Bruxelles.

Brusoc a souhaité donner la parole et écouter les professionnels de ce secteur afin de connaitre l’impact des difficultés actuelles : mobilité dans la ville, arrivée de plateformes collaboratives de transport ou encore, attaques terroristes et la chute de fréquentation touristique liée.

Autour d’un lunch informel, les partenaires Brusoc de ce secteur ont pu débattre du contexte actuel.

Cette rencontre a permis aux entrepreneurs de partager leurs expériences et différents points de vue. Ensemble, ils se sont exprimés au sujet des difficultés rencontrées ainsi que sur les perspectives et solutions à envisager.

Les principaux points qui ont été soulignés :

  • Une concurrence déloyale des entreprises qui ne sont pas soumises aux mêmes exigences que les sociétés de taxi.
  • Les problèmes liés à la mobilité à Bruxelles, représentent des coûts non négligeables pour les taxis (coût d’opportunité).
  • Une baisse générale du chiffre d’affaires, alors que les coûts sont incompressibles. Ils souhaiteraient avoir la possibilité d’étaler le paiement de certaines charges telles que les cotisations sociales par exemple.

Ces entrepreneurs travaillent actuellement 12h par jour pour obtenir un chiffre d’affaires atteint sur 10 heures de travail il y a 1 an. Cette situation est la conséquence de problèmes de santé plus fréquents chez les chauffeurs. Ils ont également longuement parlé de leur sentiment de n’être pas entendu et du manque de dialogue avec les pouvoirs publics concernés.  Ils souhaiteraient être davantage consultés afin que leurs situations puissent s’améliorer sensiblement.

Les partenaires se sont dit enthousiastes par rapport à cette initiative et heureux d’avoir pu s’exprimer autour de leurs difficultés professionnelles.