Un nouvel outil de financement pour les start-ups en early-stage : Bruseed 

finance.brussels/groupe SRIB et Innoviris donnent un coup de pouce financier aux nouvelles entreprises bruxelloises innovantes en early-stage, en phase de démarrage

Bruxelles, 27 juin 2017. Grâce au soutien du programme opérationnel FEDER 2014-2020 et de la Région de Bruxelles-Capitale, Brustart, filiale de finance.brussels/groupe SRIB, et Innoviris allient leurs forces pour soutenir la création et la mise sur le marché de projets d’innovation issus de PME bruxelloises. Palliant ainsi le manque de financement au démarrage du projet d’une entreprise, les deux organismes publics proposent un nouvel outil de financement en « seed capital » : Bruseed. Le nouveau dispositif s’inscrit parfaitement dans le cadre de la stratégie économique régionale de répondre aux besoins des entreprises bruxelloises en offrant des produits financiers adaptés.

 

Dans le cadre de leurs métiers respectifs et des échanges réguliers avec les PME bruxelloises innovantes, Brustart et Innoviris ont constaté qu’il existait un besoin en « seed capital » (capital d’amorçage) au démarrage d’un projet d’entreprise, non rencontré par les outils de financement existants.

Dans cette optique, grâce à de nouveaux moyens financiers de plus de 10 millions € octroyés par les fonds européens et la région bruxelloise, « Bruseed » voit le jour. Brustart en collaboration avec Innoviris pourra compléter la palette des instruments publics financiers existants et renforcer une offre privée jugée insuffisante.  Par le biais de prises de participation en capital ou de prêts (de préférence convertibles) de max 250.000 euros, l’outil de financement sera ainsi dédié exclusivement aux jeunes entreprises innovantes encore en stade de développement/en phase de pré-commercialisation installées dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Le nouveau partenariat entre les deux organismes actifs dans le soutien financier aux projets innovants à Bruxelles permettra d’intensifier le financement de sociétés à des stades plus risqués de leur développement

« La phase de démarrage est en effet une étape charnière dans la vie d’une entreprise qui travaille déjà depuis plusieurs mois au développement de son produit et doit initier la commercialisation de celui-ci tout en finançant sa croissance. Les investisseurs se montrent souvent frileux à financer des projets qui débutent et qui doivent encore prouver la pertinence de leur business model », précise Serge Vilain, Président du Comité de Direction de finance.brussels/groupe SRIB.

« La mise en place d’un point d’accès unique aux financements early stage permet aux jeunes pousses de disposer d’un accompagnement et d’un suivi coordonnés des besoins financiers de leurs entreprises. Le partenariat porté par Brustart et Innoviris participe à la réponse régionale en matière de renforcement du transfert technologique et de développement de l’entrepreneuriat innovant », souligne Katrien Mondt, Directrice Générale d’Innoviris.

Bruseed vise à faciliter, d’une part, l’accès de ces start-ups à des sources de financements et d’autre part, leur démarrage et la mise sur le marché de leurs produits innovants au sein de filières porteuses pour la région. Bien que le budget alloué par la Région vise tous les secteurs d’activité, celui octroyé par le FEDER, par contre, privilégie les ressources et déchets, l’alimentation durable, la construction et énergies renouvelables, la santé et services aux personnes et les médias - secteurs créatifs - tourisme ou Horeca (évolution vers le numérique ou vers la durabilité).  Peu importe le secteur de l’entreprise candidate, la procédure d’analyse du dossier reste identique. 

« Le nouveau mécanisme s’inscrit tout à fait dans le cadre de la volonté du gouvernement de mettre à disposition des outils adaptés pour les entreprises bruxelloises en vue de contribuer au développement de l’activité économique régionale », déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

« Avec Bruseed, la Région augmente encore sa capacité d’action pour soutenir les entreprises dès leurs premiers pas, parfois même avant la commercialisation de leur produit. C’est ça la légitimité de l’outil public, être aux côtés de ses entreprises innovantes lorsqu’elles n’ont pas encore créé la capacité d’attirer d’autres partenaires », explique Didier Gosuin, Ministre bruxellois de l’Economie.

« J’ai été très vite sensibilisée aux besoins exprimés par les starters de poursuivre leur développement au-delà des simples subsides. C’est pourquoi, j’ai demandé de mettre sur pied un instrument financier qui permette aux jeunes entreprises de véritablement se lancer sur le marché. Je me réjouis de voir ce dispositif se concrétiser aujourd’hui et reste persuadée qu’il favorisera le développement de projets innovants dans les filières porteuses à Bruxelles », explique Fadila Laanan, Secrétaire d’État en charge de la Recherche scientifique.