Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

AppTweak ouvre un nouveau bureau à San Francisco !

28 octobre 2018 | Catégorie : actus

AppTweak ouvre un nouveau bureau à San Francisco !

Communiqué de presse
29 octobre 2018

Bravo à notre partenaire pour cette importante évolution ! la filiale de finance.brussels dédiée aux entreprises innovantes, Brustart, est intervenue dans ce dossier sous forme de prêt, aux côtés de Business Angels, pour financer le besoin en fonds de roulement lié au démarrage des activités de monétisation des services proposés. Mi 2017, Brustart a apporté au capital le solde de sa créance devenant ainsi actionnaire de la start-up bruxelloise

AppTweak accélère sa croissance avec l’ouverture d’un nouveau bureau à San Francisco!

San Francisco, États-Unis, 25 octobre 2018 – AppTweak, pionnier ASO (App Store Optimisation) permettant aux entreprises d’applications de toutes tailles d’améliorer leur visibilité dans les magasins, a officiellement ouvert un bureau à San Francisco pour accélérer sa croissance et renforcer sa présence aux Etats-Unis, qui représentent déjà 25% de la clientèle y compris de nombreux leaders de l’industrie.

En plus de son siège social à Bruxelles, AppTweak Inc. renforcera son empreinte mondiale et soutiendra la stratégie de la société avec de nouvelles opportunités commerciales.

« La décision d’étendre notre présence à San Francisco était une étape logique pour la croissance stratégique de notre entreprise », déclare Olivier Verdin, PDG d’AppTweak. « Non seulement cela nous permettra de répondre plus efficacement aux besoins de nos clients, San Francisco est également le lieu idéal pour rencontrer des perspectives et renforcer la crédibilité. »

Au cours des 12 derniers mois, AppTweak a doublé le nombre de ses employés et augmenté son revenu récurrent mensuel de 100%. Rentable depuis 2017, AppTweak compte maintenant plus de 800 clients actifs dans le monde, dont plus de 200 aux États-Unis et environ 50 à San Francisco.

AppTweak a été lancé en 2014, au début de l’optimisation de l’App Store (ASO).

Aujourd’hui, AppTweak suit quotidiennement plus de 3 millions d’applications et plus d’un million de mots-clés dans plus de 70 pays.

Avec une équipe de 15 passionnés qui s’efforcent sans cesse de bâtir l’outil ASO le plus précis, transparent et facile à utiliser, AppTweak offre également une solution complète (tableau de bord Search Ads Intelligence) aidant les spécialistes du marketing des applications à optimiser leurs campagnes ASA dans toutes les vitrines disponibles.

AppTweak Inc. souhaite maintenant élargir son équipe de vente et de marketing à San Francisco et recherche activement 5 profils dynamiques, prêts à travailler dans un environnement convivial au cœur de la région de la Baie et désireux d’en savoir plus sur le secteur en pleine croissance de la téléphonie mobile. La mission principale est de prendre soin des clients américains de la société tout en augmentant les relations avec les leaders mobiles potentiels.

https://www.apptweak.com/aso-blog/apptweak-accelerates-growth-with-opening-of-new-office-in-san-francisco

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Le premier prêt « Brucircle » accordé à la start-up SUMY

25 octobre 2018 | Catégorie : actus

Le premier prêt « Brucircle » accordé à la start-up SUMY

COMMUNIQUE DE PRESSE
25 octobre 2018

Le pôle de financement public régional renforce son offre en économie circulaire et accorde le premier prêt Brucircle à la plateforme logistique bruxelloise SUMY
Bruxelles, jeudi 25 octobre 2018. Au lendemain de la 3e édition du #becircular Annual Meeting, finance.brussels lance officiellement le nouveau fonds « Brucircle », dédié aux entreprises innovantes dans le domaine de l’économie circulaire, en accordant son premier prêt de 150.000 € à la start-up bruxelloise SUMY, spécialisée dans le transport durable et la logistique écologique en zone urbaine. Cette intervention financière vise à soutenir la croissance de ses principales activités. Le nouveau dispositif de financement public est issu de la stratégie mise en place dans le cadre du Programme Régional en Economie Circulaire (PREC) initié notamment par Didier Gosuin, Ministre bruxellois de l’Economie et de l’Emploi.

Gérée par finance.brussels au sein de sa filiale Brustart et alimentée à hauteur de 1,5 million €, Brucircle est une nouvelle ligne de financement (prises de participation en capital ou de prêts de max 200.000 euros) dédiée exclusivement aux entreprises innovantes, jeunes ou en transition, s’inscrivant dans une démarche d’économie circulaire.

Afin de soutenir le développement d’une économie locale, le PREC met l’accent sur, d’une part, l’accompagnement d’entreprises innovantes tournées vers l’économie circulaire avec la création du cluster Circlemade et, d’autre part, leur financement via Brucircle.

« L’entreprise SUMY, qui a réussi à mettre sur pied une plateforme logistique « circuit court » pour des clients de la Région Bruxelles-Capitale, offre des solutions de logistique écologique et durable, une aubaine pour l’économie bruxelloise et l’amélioration de la mobilité en milieu urbain », relève Pierre Hermant, Président du comité de direction de finance.brussels. Et de préciser : « En mettant sur pied le fonds Brucircle, finance.brussels s’inscrit dans une stratégie régionale liée au PREC et offre par ailleurs un nouveau coup de pouce financier aux entreprises bruxelloises innovantes. L’objectif de ce nouveau fonds est en outre de renforcer les moyens mis en œuvre et de permettre une meilleure visibilité de l’action publique en faveur de l’économie circulaire ».

« La Région bruxelloise a développé une vision stratégique de l’économie circulaire. En lançant en mai dernier le cluster Circlemade, aujourd’hui Brucircle et prochainement le programme d’accompagnement Green4Change. Car, il s’agit d’une économie à la fois créatrice d’emplois et de valeur ajoutée. C’est pourquoi, notre première action est de développer des outils dont les entreprises ont besoin pour se déployer. C’est le rôle de Brucircle, permettre aux entreprises d’accélérer leur transition et améliorer leur capacité à décrocher des nouveaux marchés », détaille Didier Gosuin, Ministre bruxellois de l’Economie.

Fondée en 2013 par l’ingénieuse entrepreneuse Hinde Boulbayem, SUMY (Sustainable Urban Mobility) est une des premières entreprises de logistique en Belgique à utiliser des véhicules utilitaires écologiques pour le transport de marchandises sensibles à la température, pour les distributeurs et producteurs en zone urbaine, principalement issus du secteur alimentaire.

« J’ai créé la société SUMY pour apporter une solution sociétale au problème de mobilité dans les grandes villes urbaines. SUMY doit continuer à grandir et doit devenir une solution incontournable de la logistique en zone urbaine », confie Hinde Boulbayem.

Pour pouvoir répondre au mieux à la demande de ses clients, SUMY a développé une plateforme logistique à Neder-Over-Heembeek à proximité du ring de Bruxelles. Elle centralise les produits destinés aux différents départements (cantines – restaurants – hôpitaux) de ses clients. Les camions y déchargent les produits de leurs clients. Ils sont ensuite étiquetés, compartimentés et packagés pour être livrés en ville, de nuit, par les véhicules SUMY. En plus d’être silencieux, les véhicules utilisés, appelés NPV1 « Natural Power Vehicle », sont également moins polluants puisqu’ils rejettent 39 % de CO2 et 95 % de particules fines cancérigènes en moins par rapport aux moteurs à essence classiques. L’entreprise SUMY pratique par ailleurs une politique zéro déchet grâce à la promotion, la vente et l’entretien de contenants recyclés et réutilisables.

La société connaît aujourd’hui une belle croissance (+44% entre 2017 et 2018) et compte 16 ETP, 4,5 employés et 11,5 ouvriers, en promouvant un recrutement multiculturel. La start-up nécessite néanmoins des investissements en véhicules utilitaires durables et en infrastructure pour pouvoir augmenter la capacité de la plateforme logistique. De plus, SUMY est en discussion avec une série de clients importants dans le secteur alimentaire et commencera prochainement à travailler avec des clients du secteur pharmaceutique. Elle souhaite investir dans des nouveaux projets d’innovation.

Dans cette optique, l’appui financier de finance.brussels sous la forme d’un prêt convertible à hauteur de 150.000€ permettra à SUMY d’investir notamment en matériel et outillage (véhicules de 3.5T “Natural Power Vehicle” et chambres froides MultiTemp) afin de pouvoir répondre à la demande de ses nouveaux clients.

Plus d’infos ?

Mélusine Baronian, Responsable Communication finance.brussels, 0477/55 83 32
Pauline Lorbat, attachée de presse du Ministre Didier Gosuin, 0485/ 89 47 45
Sumy Belgium durakoska.merita@sumy.be +32 2 262 32 55

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Nouveau fonds Theodorus IV de près de 20M€ pour soutenir ses spin-offs

8 octobre 2018 | Catégorie : actus

Nouveau fonds Theodorus IV de près de 20M€ pour soutenir ses spin-offs

COMMUNIQUE DE PRESSE de L’ULB
8 octobre 2018

L’ULB annonce le lancement du nouveau fonds Theodorus IV à hauteur de près de 20M€, pour soutenir ses spin-offs
Forte du succès de ses trois prédécesseurs (Theodorus I, II et III), l’Université Libre de Bruxelles annonce la création du nouveau fonds d’investissement Theodorus IV. Déjà doté de près de 20 millions d’euros au premier closing et pouvant encore attirer d’autres investisseurs, le fonds vise à financer des projets technologiques nés de l’innovation de nos laboratoires de recherche, dès la création de la société ou dans les premiers tours de financement.

Theodorus IV pourra investir dans une quinzaine de sociétés dans les six prochaines années, avec pour objectif d’intervenir pour des montants de 500.000 à 2.000.000 € par spin-off. Le fonds restera encore ouvert à de nouveaux investisseurs pendant une période de 18 mois.

Un partenariat pérenne

Partenaires de l’ULB depuis plus de 15 ans, les fonds Theodorus ont contribué à la création de 33 entreprises pour un total de 550 emplois créés. A ce jour, ces 33 entreprises ont levé plus de 220 millions d’euros pour une création de valeur de plus de 730 millions d’euros. A titre d’exemple, les fonds Theodorus sont fondateurs de sociétés comme Bone Therapeutics, Masthercell, Ogeda, Acar’Up, …

« Les fonds Theodorus sont un outil essentiel de la valorisation de notre recherche, indique le Recteur de l’Université libre de Bruxelles, Yvon Englert. Le lancement du quatrième fonds de ce type constitue une excellente nouvelle pour l’Université qui y trouvera une nouvelle opportunité de s’ancrer dans la réalité économique des régions où elle est active. Il est également important de souligner que ce nouveau fonds s’accompagne, par rapport aux fonds précédents, d’une meilleure reconnaissance du travail de départ des chercheurs de l’Université. »

Une formule qui gagne

Sur le même principe que les précédents fonds, Theodorus IV investira essentiellement dans des spin-offs de l’ULB, tout en gardant la liberté de capitaliser des jeunes entreprises innovantes issues d’autres horizons. « La force de Theodorus IV est d’avoir un accès prioritaire au pipeline de l’ULB, mais aussi de proposer des retours sur investissement attractifs pour ses actionnaires tant issus du privé que du public. Les multiples réalisés sur les précédents fonds sont de l’ordre de 2,7 à 3,0 » déclare Olivier Belenger, Managing Partner chez Theodorus.

Le nouveau fonds compte parmi ses actionnaires publics : la SFPI, Sambrinvest ainsi que finance.Brussels. Du côté des actionnaires privés, on relèvera les participations de BNP Paribas, de la Sofina, ainsi que de plusieurs family offices.

« Notre portefeuille actuel est composé de sociétés technologiques actives dans le domaine biotech, medtech, ainsi que dans les sciences de l’ingénieur et le digital » explique Marie Bouillez, Partner des fonds Theodorus. Elle ajoute : « Notre objectif est de soutenir les chercheurs et porteurs de projet pour transformer leurs technologies innovantes en des entreprises performantes et ambitieuses, actives dans des marchés internationaux ». Pour ce faire, Theodorus peut s’appuyer sur son équipe dynamique de managers indépendants, ainsi que sur l’écosystème entrepreneurial structuré dans et autour de l’ULB, et particulièrement sur le Technology transfer office (TTO) de l’ULB, les incubateurs EEBIC, Cap Innove et i-Tech Incubator.

Les porteurs de projets intéressés peuvent se rendre sur le site http://www.theodorus.be/ pour solliciter un premier contact.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

En un an, BeCentral a touché plus de 12.500 personnes

5 octobre 2018 | Catégorie : actus

En un an, BeCentral a touché plus de 12.500 personnes

Bruxelles, le 5 octobre 2018

A la veille du lancement de la semaine européenne du coding, le campus numérique BeCentral (3000m² en plein cœur de la Capitale) souffle sa première bougie et affiche des résultats significatifs : plus de 12 500 personnes ont bénéficié d’un apprentissage et 145 entrepreneurs y sont installés. Fort de ses objectifs atteints, BeCentral vient de boucler une levée de fonds de 570 000 € pour développer de nouveaux projets.

Ambition initiale largement dépassée

Inauguré il y a un an jour pour jour en présence du Roi Philippe, le campus de la transformation numérique BeCentral, situé dans le bâtiment Horta de la Gare Centrale de Bruxelles, a pour ambition de devenir un lieu de référence en matière d’apprentissage des technologies, d’entrepreneuriat et de transformation sociétale grâce au numérique. Dans cette optique, les fondateurs du projet avaient comme but initial de toucher 10 000 personnes au cours de la première année.

L’objectif a été largement atteint puisque plus de 12 500 personnes ont participé à un programme proposé par l’un des 37 résidents de BeCentral :

  • 413 adultes ont été formés à BeCentral par l’un des 7 programmes « longs » du campus 1
  • 4200 adultes ont reçu une formation de courte durée à BeCentral 2
  • 3700 enfants & adolescents ont suivi des programmes d’apprentissage dispensés par un résident de BeCentral (sur place ou à l’école) 3
  • 145 personnes entreprennent et travaillent de manière permanente sur le campus
  • Plus de 4000 personnes sont venues sur le campus pour des événements inspirationnels

Prochain objectif : 100 000 personnes

A l’occasion de son premier anniversaire, et après le Google Digital Atelier ouvert en avril, BeCentral a inauguré 300m² de nouveaux espaces afin d’augmenter sa capacité d’accueil. BeCentral compte en effet bien continuer sur sa lancée.

Laurent Hublet, administrateur délégué de BeCentral : « Notre prochain objectif est de toucher 100,000 personnes, sur notre campus de la Gare Centrale et hors de nos murs. Nous prévoyons d’ouvrir un millier de m² supplémentaires au premier semestre 2019, pour accueillir des nouveaux projets centrés sur les moins de 18 ans ainsi qu’un campus dédié à l’intelligence artificielle ».

Nouvelle levée de fonds

Afin de préparer le déploiement de ces nouveaux projets, BeCentral vient de boucler une augmentation de capital. La société à finalité sociale a porté son capital de 230,000€ à 800,000€, soit une augmentation de ses fonds propres de 570,000€. La moitié de cette somme provient des actionnaires existants de BeCentral : 46 acteurs du monde numérique belge ayant investi à titre personnel ainsi que la SFPI (fonds d’investissement de l’Etat Fédéral). L’autre moitié provient de nouveaux investisseurs : la fondation Close The Gap et finance.brussels, le fonds d’investissement régional bruxellois.

« Le pôle de financement public régional a été séduit par ce projet innovant destiné à accélérer la transformation digitale, tant des citoyens que des sociétés, en mettant l’accent différentiant sur l’apprentissage et la formation. S’inscrivant dans le cadre du développement de l’économie numérique, BeCentral participe assurément au développement d’un écosystème entrepreneurial dynamique et au rayonnement de la région bruxelloise. C’est pourquoi finance.brussels a décidé d’investir 250.000 € en capital et illustre sa volonté de jouer un rôle moteur dans la révolution numérique au niveau régional », confie Pierre Hermant, Président du comité de direction de finance.brussels.

  1. BeCode, BeStarter, CyberWayFinder, Digitalent, Le Wagon, HackYourFuture, Switchfully.
  2. BeAngels Academy, Duval Union Academy, Google Digital Atelier, Intec Brussels, Mediawijs, Open Summer of Code, Solvay Executive Education.
  3. BeMaker, CodeFever, CodeNPlay, CoderDojo, Techies Lab.

l’équipe BeCentral

Contact Presse

Milena Vergara Santiago (BeCentral)
0479 350 103 – milena@becentral.org

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Grand prix Green Infrastructure Belgique pour BIGH

4 octobre 2018 | Catégorie : prix

Grand prix Green Infrastructure Belgique pour BIGH

4 octobre 2018

La start-up BIGH (Building Integrated GreenHouses) a reçu ce jeudi 4 octobre le « Grand prix Green Infrastructure Belgique ». Green Solutions Award est un concours international organisé par le réseau Construction21, qui met en avant des bâtiments, des quartiers et des infrastructures exemplaires contribuant à la lutte contre le changement climatique.

En tant qu’actionnaire, le pôle de financement public est très fier que ce projet soit récompensé pour son audacieuse innovation.

Pour rappel, BIGH a été créée en 2015 pour répondre au besoin d’optimiser les performances des bâtiments et de rendre la ville productive. Au-delà de la production alimentaire, l’agriculture urbaine intégrée au développement urbain constitue l’illustration la plus lisible de l’économie circulaire au sein de nos villes, tout en augmentant la valeur immobilière en elle-même, la qualité de vie des citadins, l’esthétique et la biodiversité.

En avril 2018, finance.brussels avait accordé 500.000€ à la plus grande ferme urbaine aquaponique d’Europe. Par son intervention, le pôle de financement public régional soutient la société dans son besoin en fonds de roulement mais aussi dans le développement du projet pilote bruxellois.

« BIGH est une démonstration forte de l’économie circulaire, économiquement rentable, dont la production alimentaire saine, transparente, de qualité et locale est en symbiose avec l’environnement urbain. La ville devient une solution si la recherche d’impact positif est faite à tous les niveaux : énergie, eau, qualité de l’air, biodiversité, ressources en matériaux, etc. tout en créant de l’emploi et de l’insertion. BIGH représente, aussi, un avantage économique pour l’immobilier qui nous intègre. », relève Steven Beckers, fondateur de BIGH.

FAQBOT

Introduire une demande

Bonjour, quel est le montant total recherché?