Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Franc Bogovic devient le nouveau Deputy CEO de finance&invest.brussels

31 mars 2020 | Catégorie : actus

Franc Bogovic devient le nouveau Deputy CEO de finance&invest.brussels

COMMUNIQUE DE PRESSE 31 mars 2020

Bruxelles, 31 mars 2020. L’Assemblée extraordinaire de finance&invest.brussels tenue le 11 mars dernier a approuvé la désignation par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du nouveau Conseil d’Administration présidé par Denis Knoops et a également pris connaissance de la proposition de nommer Franc Bogovic comme Deputy CEO. Son profil a été sélectionné à la suite d’une procédure de recrutement effectué par un cabinet de chasseurs de tête spécialisé dans le domaine financier, et classé ensuite par un jury indépendant en première position. Le premier Conseil d’Administration vient de désigner à l’unanimité Franc Bogovic comme le nouveau bras droit de finance&invest.brussels. Dans un contexte économique sans précédent, finance&invest.brussels poursuit plus que jamais ses missions et maintient par ailleurs sa bonne gouvernance.

Choisi dans le cadre d’un appel d’offre pour présélectionner 5 candidats, Robert Half, cabinet de chasseur de tête spécialisé dans le recrutement de profils financiers, a reçu plus de 200 candidatures pour le poste de directeur général adjoint de l’invest régional. Conjointement, un jury de cinq experts indépendants a été désigné pour évaluer les profils retenus. A l’issue de cette procédure, Franc Bogovic est sorti premier du classement. Une proposition approuvée collégialement par le Gouvernement bruxellois.

Âgé de 33 ans et polyglotte, Franc Bogovic a obtenu son diplôme d’ingénieur de gestion à la Solvay Business School de l’ULB. Il commence sa carrière dans le venture capital aux côtés de Jose Zurstrassen chez SemCap (aujourd’hui Spreds) pour ensuite se lancer comme entrepreneur au Vietnam et en Belgique. Il a été aussi député au sein du Parlement flamand représentant la Région bruxelloise. Il dirige actuellement le «Customer Centricity» au sein du cabinet de conseil Nova Reperta dont le rôle est d’aider les entreprises à se développer grâce à une meilleure expérience client en harmonisant la stratégie, l’organisation et la culture d’entreprise.

Le nouveau Deputy CEO souligne : « Commencer un nouveau challenge professionnel dans une situation de crise est d’autant plus ambitieux mais a sans doute encore plus de sens. Œuvrer par le biais d’un organisme public au soutien des start-ups, des PME ou des initiatives sociales a en effet toute sa raison d’être pour l’avenir de la Région de Bruxelles-Capitale. Malgré les circonstances, je suis persuadé que la dynamique propre de la Région permettra de rebondir efficacement. Je suis ravi de pouvoir m’investir concrètement, aux côtés d’une équipe d’experts, dans l’écosystème entrepreneurial bruxellois »

Le Conseil d’Administration de finance&invest.brussels a pris acte, comme le prévoit la procédure, de la proposition de nomination de Franc Bogovic qu’elle vient de valider à l’unanimité. Il entre dès lors officiellement en fonction.

« Dans un contexte économique inédit et compliqué, Franc Bogovic commence une nouvelle aventure à taille humaine au sein de finance&invest.brussels afin d’y apporter sa solide expertise en gestion de projet de transformation d’entreprise, son expérience en tant qu’entrepreneur et sa connaissance du paysage socio-politique bruxellois. Des atouts complémentaires pour mener à bien nos missions au service des entrepreneurs, du développement et de la relance de l’économie de la Région », commente Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

À propos de finance&invest.brussels

finance&invest.brussels, le groupe constitué par la Société Régionale d’Investissement de Bruxelles-Capitale et ses filiales, facilite et complète la chaîne de financement des entreprises créatrices de valeur en Région bruxelloise. Comment ? En apportant des solutions concrètes aux besoins financiers des entrepreneurs, sous forme de prêts ou de prises de participation, aux moments-clés de leur existence : création, développement, innovation, internationalisation, transition environnementale, reprise-transmission. finance&invest.brussels s’adresse à deux publics spécifiques : d’une part, les start-up, scale-up et PME (investissement de 100.000 € à 5 millions), et d’autre part, les TPE, entreprises sociales et coopératives (investissement de 5.000 € à 150.000 €). www.finance.brussels

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Une solution citoyenne de gestion de crise à destination des communes

31 mars 2020 | Catégorie : actus

Une solution citoyenne de gestion de crise à destination des communes

COMMUNIQUE DE PRESSE

Alors que la population est confinée chez elle, les élus locaux s’organisent dans l’urgence pour aider les plus fragiles et assurer la continuité des services indispensables. Dans ce contexte, Fluicity – start-up pionnière de la civic tech en Belgique – propose une solution numérique de gestion de crise à destination des collectivités territoriales.

Les communes avec lesquelles nous travaillons ont fait appel à nous dès le début de la crise pour solliciter notre aide dans le cadre de leur relation aux citoyens” témoigne Julie de Pimodan, co-fondatrice et CEO de Fluicity. “Dans cette période de confinement, il nous paraît important de permettre à tous les élus d’accéder gratuitement à la plateforme pour rester en contact avec leurs citoyens” ajoute-t-elle.

La start-up française Fluicity, soutenue en février dernier par le bras financier public régional finance&invest.brussels, utilise les nouvelles technologies au service du citoyen et offre par conséquent de nombreuses possibilités pour les gouvernements.

Dès le 13 mars, les communes ont commencé à organiser des appels à solidarité sur Fluicity, pour faire le lien entre des personnes isolées et celles qui peuvent donner de leur temps. Ainsi, la Ville de Wavre est en mesure de mettre en relation les citoyens et les associations pour faciliter la garde d’enfants et l’aide aux personnes âgées isolées avant le confinement. La plateforme a également permis aux collectivités comme Saint-Ghislain de notifier ses administrés sur les mesures de sécurité et à des collectivités et organisations, comme Médecins Sans Frontières d’identifier des bonnes pratiques en matière de prévention ou de solidarité grâce au partage d’idées de ses membres.

Grâce à sa solution, Fluicity souhaite aider les collectivités locales sur leurs priorités en temps de crise :

  • informer sur l’action locale et les meilleures pratiques dans le cadre de la crise
  • répondre aux interrogations des citoyens et trouver des solutions concrètes
  • organiser le bénévolat et lutter contre l’isolement des plus démunis

Pour faciliter la réactivité et l’efficacité, les citoyens seront régulièrement notifiés sur leur Smartphone des actualités locales concernant la crise et les moyens mis en œuvre pour la dépasser localement.

La solution est immédiatement et gratuitement disponible pour toutes les communes en Belgique à l’adresse suivante : collectivites-solidaires@flui.city. L’équipe Fluicity a établi une cellule de crise pour répondre dans les deux heures aux communes dans cette période de confinement. Les citoyens quant à eux, peuvent inviter leurs élus à rejoindre la plateforme gratuitement via ce lien : https://www.flui.city/invite/mayor?country=be

À propos de Fluicity ?

Fluicity est une plateforme de participation citoyenne qui a pour mission de rétablir un lien de confiance entre les citoyens et les décideurs publics.

Fluicity est agréée entreprise solidaire et d’utilité sociale ESUS. Primée plusieurs fois par des concours d’innovation, tels que le prix MIT des innovateurs de moins de 35 ans et le Concours d’Innovation Numérique de la BPI France.

INFOS UTILES
Contact : collectivites-solidaires@flui.city
site internet
Année de création : 2015
Co-fondateurs : Julie de Pimodan, Jonathan Meiss, Nicolas de Briey
Localisation : Paris & Bruxelles

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Telenet ouvre avec The Park un nouvel espace de réalité virtuelle en plein centre de Bruxelles

18 février 2020 | Catégorie : actus

Telenet ouvre avec The Park un nouvel espace de réalité virtuelle en plein centre de Bruxelles

Bruxelles, 14 février 2020 – C’est au coeur de la galerie Anspach que Telenet a inauguré ce jeudi soir son nouvel espace de réalité virtuelle « The Park ». Il s’agit d’un concept innovant qui offre aux visiteurs une immersion complète dans un monde virtuel sur un espace total de plus de 1000 m². Avec The Park, Telenet entend répondre à la demande croissante de nouvelles expériences interactives en matière de divertissement. Dans The Park, les visiteurs se déplacent en « free roam » et donc de manière totalement libre et sans fil, avec un casque VR sur la tête et un sac à dos équipé de capteurs dans un monde totalement fictif dont ils sont les héros. L’espace bruxellois ouvrira officiellement au public le 17 février prochain.

Lancé en juin 2018 à Anvers, The Park est bien plus qu’un simple espace de jeu, c’est un véritable concept. Que ce soit à Anvers, Gand, Hasselt, Courtrai et maintenant Bruxelles, l’expérience est la même partout : un vaste lieu entièrement dédié à la réalité virtuelle, divisé en plusieurs espaces, avec ses propres jeux, son look cosy reconnaissable, et à chaque fois la même expérience troublante de réalité. The Park est un « divertissement phygital », à l’intersection de la physique et du numérique. Il permet aux visiteurs de se déplacer dans un espace dégagé, sans être encadré ou lié par un quelconque câblage, pour encore plus de liberté et de sensations, armés d’un casque de réalité virtuelle et d’un sac à dos contenant un mini-ordinateur et équipé de capteurs sensoriels.

Concrètement, les participants à un jeu circulent côte à côte dans un espace délimité et entouré de caméras infrarouges grâce auxquelles le masque se positionne dans l’espace. Chaque ordinateur contenu dans le sac à dos communique sa position à un serveur central via le wifi, qui génère instantanément une image pour chaque casque. Cette opération se reproduit plus de cent fois par seconde et permet de traduire les mouvements de chacun de manière très précise. Une caméra intégrée au casque permet quant à elle de traduire les mouvements des doigts en mouvements virtuels.

The Park est une « corporate venture » de Telenet et de 9.5 Magnitude Ventures. Ce dernier est un fonds de capital-risque belge qui compte entre autres finance&invest.brussels (l’ancienne SRIB) parmi ses actionnaires. Ce système de collaboration permet à de grandes entreprises de s’associer au développement rapide de petites entreprises, porteuses de projets innovants, de manière autonome et agile. Cette structure est particulièrement adaptée à The Park qui doit pouvoir évoluer avec la souplesse et la dynamique nécessaire sur le marché de la réalité virtuelle qui connait une évolution très rapide.

Pour John Porter, CEO de Telenet : « La réalité virtuelle est en pleine expansion et représente l’avenir du divertissement immersif, qui combine l’interactivité et le pouvoir de la technologie. Ses possibilités sont énormes et nous croyons fermement en son potentiel en termes d’innovation. Une présence à Bruxelles était un must pour nous et nous avons pris le temps nécessaire pour trouver l’endroit idéal. Dans la Galerie Anspach, nous sommes en plein centre-ville entre le piétonnier, la Bourse et la Monnaie on ne pouvait pas trouver mieux ! Nous savons que Telenet n’est pas encore très connu à Bruxelles et avec ce projet nous voulons montrer aux Bruxellois qu’en plus d’être un opérateur de télécommunications, nous sommes aussi une entreprise qui investit dans des projets innovants ayant une valeur ajoutée pour Bruxelles, qu’elle soit sociale ou économique. Une manière aussi de contribuer à l’ambition « smart city » exprimée par la Région dans sa dernière déclaration de politique générale ».

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels souligne : « Après avoir injecté récemment des capitaux dans le fonds 9.5 Ventures, finance&invest.brussels se réjouit que The Park soit le premier dossier bruxellois concrétisé. L’implantation de ce lieu offrant une expérience unique en VR au coeur de Bruxelles représente une belle opportunité pour l’attractivité de la capitale et pour la mise en avant d’une technologie innovante, de surcroît soutenue par une grande entreprise de télécommunications comme Telenet ». Et de préciser : « Par ailleurs, un des axes de notre nouvelle stratégie d’investissement est la stimulation du corporate venturing sur Bruxelles qui devient une source de capital-risque complémentaire et non-négligeable pour les jeunes entreprises innovantes ».

Philippe De Schutter, CEO de The Park : « Depuis le lancement du concept il y a un an et demi, on peut dire que The Park est un véritable succès : nous avons ouvert dans cinq villes belges et ambitionnons de nous étendre à l’international, avons créé 3 jeux et déjà accueilli plus de 90.000 visiteurs qui nous évaluent de manière très positive lors des enquêtes de satisfaction (9.1/10). L’âge moyen est de 31 ans et 40% sont des femmes. Il y a donc un réel engouement de la part du public en Belgique, que l’on soit un fervent adepte de gaming ou au contraire un total novice. Notre objectif est de toucher le grand public, quel que soit son âge, c’est la raison pour laquelle nous créons tous nos jeux nous-mêmes et en tenant compte des données collectées auprès de nos clients. Si 43% des participants viennent pour des team buildings, on constate que cela convient aussi parfaitement pour une fête d’anniversaire, un enterrement de vie de jeune fille, ou encore tout simplement le temps d’une soirée entre amis ou en famille. The Park est le lieu idéal pour partager des moments hors du commun. Et comme nous savons que le Bruxellois est aussi amateur de nouvelles expériences et de sensations fortes, nous l’invitons à sortir de sa réalité et à venir exterminer des créatures maléfiques dans un décor à couper le souffle dès le lundi 17 février dans la galerie Anspach ».

La nouvelle adresse de The Park à Bruxelles est ouverte à tous, dès l’âge de 12 ans. Elle propose un espace d’immersion de 250m² pour familiariser les joueurs dès leur arrivée avec les sensations de réalité virtuelles ainsi que 4 espaces distincts de 50m² dans lesquels des équipes jusqu’à 5 joueurs seront ensuite immergées en « free roam » grâce aux jeux The Hallow et NanoClash. Dans The Hallow, les participants armés d’une arbalète sont catapultés au Moyen Âge pour combattre des créatures terrifiantes et maléfiques. Le jeu NanoClash permet, lui, à deux équipes (robots d’un côté et humains de l’autre) de s’affronter dans un monde futuriste.

Et la société ne compte pas en rester là. Outre son intention de s’étendre à l’étranger, The Park ambitionne de continuer à se réinventer sans cesse et à développer ses technologies pour rester à la pointe dans le domaine du divertissement en réalité virtuelle. « A titre d’exemple, il est à présent
déjà possible avec The Park de faire interagir au sein d’un même univers virtuel des joueurs se trouvant dans des villes différentes : une première au niveau mondial. Enfin, The Park est ouvert à toutes sortes de collaborations avec des startups belges qui seraient intéressées de développer d’autres produits et jeux en partenariat : avis aux amateurs !
», conclut Philippe De Schutter.

Informations pratiques

Lieu : Boulevard Anspach 24, 1000 Bruxelles (entrée par la galerie Anspach ou via la rue de l’Evêque en soirée et le dimanche).
Heures d’ouverture : du lundi au dimanche de 10h à 22h
Infos et réservations : www.theparkplayground.be

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

La Civic Tech Fluicity lève 2 millions € pour préparer son expansion en Europe

4 février 2020 | Catégorie : actus financements

La Civic Tech Fluicity lève 2 millions € pour préparer son expansion en Europe

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris/Bruxelles, le 4 février 2020.

La start-up Fluicity, plateforme numérique de participation citoyenne, lève 2 millions € auprès de nouveaux investisseurs français et belges dont Sébastien Breteau, Edouard Janssen et le holding public bruxellois finance&invest.brussels.
La levée de fonds permettra à la Civic Tech d’ouvrir sa filiale à Bruxelles et d’y démarrer son déploiement sur la scène européenne.
L’investissement servira également à renforcer le produit et l’acquisition de nouveaux clients, notamment en développant des fonctionnalités d’intelligence collective.

Fondée en 2015, Fluicity reconnue Entreprise solidaire d’utilité sociale (ESUS) répond au besoin grandissant des citoyens d’être associés aux décisions collectives. Après une année particulièrement mouvementée en matière de manifestations citoyennes et de crises démocratiques en Europe, la Civic Tech est plus que jamais déterminée à poursuivre sa mission : réduire la défiance entre les citoyens et leurs représentants, grâce au dialogue et à l’intelligence collective. Fluicity propose un outil de consultation et de participation citoyenne, accessible et sécurisé (sondages, budgets participatifs, votes sécurisés, appels à idées…).

« À travers son positionnement unique qui allie l’effet de réseau et le rôle de tiers de confiance, Fluicity se donne les moyens de devenir la plateforme de participation citoyenne leader en Europe. », précise Julie de Pimodan CEO Fluicity

Dans cette optique, Fluicity ouvre sa filiale à Bruxelles pour continuer sa croissance rapide en Belgique, se rapprocher des institutions européennes et poursuivre son développement à l’international. Dans les 24 prochains mois, la Civic Tech se concentrera sur l’acquisition de nouveaux clients et sur l’amélioration de son produit pour offrir à ses clients un plus grand niveau de personnalisation et d’efficacité.

Fluicity travaillera également à élargir son audience et sa notoriété en jouant le rôle de catalyseur de la participation citoyenne à certains moments-clés de l’actualité, comme elle l’a déjà fait à l’occasion du Grand Débat National, des élections européennes et actuellement des élections Municipales en France.

« La start-up française Fluicity utilise les nouvelles technologies au service du citoyen et offre par conséquent de nombreuses possibilités pour les gouvernements. Elle a réussi à se faire une place sur le marché français et belge de la GovTech et de la CivicTech, deux secteurs en pleine croissance et importants pour souligner le rôle géostratégique de Bruxelles, capitale de l’Europe. Par ailleurs, Fluicity est composée d’une équipe compétente en développeurs IT, en marketing et en commerciaux », souligne Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels

À propos de Fluicity ?

Fluicity est une plateforme de participation citoyenne qui permet à chacun de contribuer de manière utile aux décisions collectives qui le concernent. Son objectif : rétablir un lien de confiance entre les citoyens et les décideurs.

Selon les résultats d’une enquête menée sur l’avenir de la participation citoyenne sur Fluicity en mai 2018, 64 % des citoyens interrogés avaient le sentiment de ne pas avoir d’impact dans la décision finale des élu(e)s. Face à ce constat, Fluicity s’engage au quotidien à moderniser les pratiques démocratiques, permettant ainsi aux citoyens de faire entendre leur voix, au niveau local, régional, national et aujourd’hui au niveau européen.

Fluicity est agréée entreprise solidaire et d’utilité sociale ESUS. Primée plusieurs fois par des concours d’innovation, tels que le prix MIT des innovateurs de moins de 35 ans, le concours d’entrepreneuriat social du TEDxParis ou encore le Concours d’Innovation Numérique de la BPI France. En 2018, Fluicity a été classée parmi les meilleures GovTech françaises lors du sommet Européen organisé par Public.io. En 2019, elle figurait parmi les 100 startups dans lesquelles investir, d’après le magazine Challenges. Fluicity est aujourd’hui présente dans une quarantaine de territoires en France et en Belgique.

INFOS UTILES

Contact : julie@flui.city / +33 6 31 87 21 75
Application Fluicity disponible sur App Store et Google Play
Site Internet
Année de création : 2015
Co-fondateurs : Julie de Pimodan, Jonathan Meiss, Nicolas de Briey
Localisation : Paris & Bruxelles

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

screen.brussels confirme son envol

23 janvier 2020 | Catégorie : actus

screen.brussels confirme son envol

Communiqué de presse
Janvier 2020

Bruxelles, le 23 janvier 2020 : Le pôle régional de l’audiovisuel screen.brussels renforce son rôle de moteur pour l’ensemble des besoins du secteur grâce à ses quatre services d’accompagnement et de financement conjugués. Une stratégie payante depuis sa création en 2016. Destiné à soutenir ce secteur innovant et à faire de Bruxelles un endroit incontournable en la matière, screen.brussels affiche des résultats 2019 stimulants : soutien à plus d’une centaine d’entreprises dans leur développement et leur internationalisation (25 missions en 2019), investissement dans 31 projets (films, séries, documentaires, animation, web etc.) à hauteur de 3 millions € pour 37 millions € de dépenses générées, et accompagnement de 1311 jours de tournages sur le territoire régional.

Investir dans le contenu

Sur les 63 dossiers reçus, le screen.brussels fund a sélectionné 31 projets qui ont généré 37 millions d’euros de dépenses audiovisuelles structurantes.Ces productions sont portées à 50 % par des des réalisateurs.trices et 90 % par des producteurs.trices bruxellois.es. Soulignons le soutien aux jeunes réalisateurs.trices belges dans des projets tels que Carpe Diem, Une vie démente, Loser Revolution, Spaceboy Petit Samedi, La théorie du Y Saison 2, Chasse à l’homme, La Belge Collection, Lilith en de Gebroeders Schimm … Et de préciser que 26 % sont réalisés et42 % produits par des femmes.

Répartition des projets : longs métrages (42%), séries télévisées (21%) et documentaires (19) suivi par les films d’animation (13%), une collection de courts métrages (3%) et une web série (3%). On note aussi la consolidation de la Brussels Animation Valley avec 4 longs métrages (Bigfoot Superstar, Titina, Heart of a Tower et Le Tour du Monde en 80 jours) et 3 grands projets ciblés pour le public néerlandophone : Hoodie, Lilith en de Gebroeders Schimm, Undercover.

Rudi Vervoort, Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale relève : « Au vu de ces résultats, l’action combinée des différents services de screen.brussels démontre l’utilité d’avoir un référent unique comme soutien au secteur, tant pour la Belgique que pour l’international. L’objectif initial de fédérer tous les services régionaux concernés par le développement de l’industrie audiovisuelle, et de joindre les efforts pour une plus grande efficacité est pleinement atteint. Le Bilan 2019 nous prouve que nous menons une stratégie répondant aux besoins du secteur, » souligne M. Rudi Vervoort, Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Conjuguer accompagnement et innovation

Le screen.brussels cluster, qui réunit plus de 160 sociétés audiovisuelles bruxelloises, a renforcé son rôle de structuration économique de l’écosystème audiovisuel régional. Bénéficiant des ressources et des servicesde hub.brussels, le cluster a offert plus de 100 accompagnements individuels. Parmi celles-ci, 3 sociétés audiovisuelles à fort potentiel (Demute, NTTRB, Himeta) ont été intégrées dans le programme entrepreneurial régional MY BUSINESS PASS*.

Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat bruxelloise en charge de la Transition économique déclare : « Le soutien des pouvoirs bruxellois à l’industrie culturelle et créative est essentiel au moins à double titre. D’une part parce qu’il s’agit d’un secteur économique important pour Bruxelles. D’autre part parce que la culture fait lien dans notre société et, à ce titre, n’a pas toujours comme objectif d’être rentable. Je me réjouis donc que la Région, via screen.brussels soit un véritable moteur au service des différents métiers de l’audiovisuel, qui, à leur tour divertiront et instruiront de nombreux Bruxelloises et Bruxellois. »

Par ailleurs, grâce à son réseau étendu de partenaires belges et internationaux, ainsi qu’au développement de ses outils et services de soutien : 25 missions – marchés (MipCOM, MIPTV, New Images, Sunny Side of the Doc, Série Mania, et Gamescom notamment) et festivals (Berlin, Cannes, Venise, Toronto, SXSW,…) – ont été organisées à l’international.

Pascal Smet, Secrétaire d’Etat bruxellois en charge des Relations européennes et internationales souligne : “Dans les années à venir, je veux faire beaucoup d’efforts dans le secteur audiovisuel bruxellois. Notre capitale est le plus grand pôle médiatique de Belgique. Près de la moitié des médias belges ont leur siège à Bruxelles. Une belle occasion de mettre Bruxelles sous les feux de la rampe au niveau national et international, littéralement. Avec des films et séries qui ont remporté des prix tels que « De Jonge Ahmed » et « Les Misérables », nous prouvons que la capitale est un endroit idéal pour lancer des projets audiovisuels qui ont également du succès en dehors de la Belgique. screen.brussels est un acteur important à cet égard pour guider toutes ces sociétés en Belgique et à l’étranger. Grâce à une politique cohérente, nous allons également anticiper ensemble les nouvelles tendances dans le secteur, comme l’ e-sports. Ou même des décisions politiques comme Brexit. Nous y parvenons, par exemple, en déployant des efforts supplémentaires dans une campagne qui attire les médias du Royaume-Uni à Bruxelles. Notre capitale possède ce savoir-faire et, année après année, le nombre de sièges de médias y augmentera. C’est le but. ”

En 2019, le cluster a orienté son accompagnement sur 3 axes innovants : le développement de nouveaux business model (coopérative, économie circulaire, entreprenariat social…); le développement de nouvelles écritures/nouveaux formats de contenus (podcast, branded content, clip-vidéo, art numérique, technologies immersives, livre numérique); et enfin, le développement et le financement des technologies innovantes liées à l’audiovisuel (process, hardware, software…). Le secteur du jeu vidéo a également fait l’objet d’un soutien spécifique. En travaillant conjointement avec les fédérations du jeu vidéo des autres régions, le cluster a contribué à l’extension du Tax Shelter au jeu vidéo.

Accueillir les tournages, et penser durable

Vous avez croisé des caméras en vous promenant à Bruxelles cette année ? C’est normal car en 2019, la région a accueilli 1311 jours de tournage. Dont 51 grands projets – films et séries. La screen.brussels film commission, dont le rôle est de faciliter les tournages et d’accompagner les équipes, relève que les projets se répartissent sur les différentes communes bruxelloises de manière plus harmonieuse, aplanissant la tendance à se concentrer sur le seul territoire de Bruxelles-ville.

Par ailleurs, soutenir les tournages permet de sensibiliser à la responsabilité écologique de cette activité. C’est pourquoi, deux productions ont bénéficié d’un accompagnement global en la matière, tandis que plusieurs dizaines d’autres se sont vu offrir des facilités dans la gestion des déchets et la distribution de gourdes réutilisables.

Renforcer la stratégie d’investissement

En 2019, screen.brussels business, ligne de financement logée au sein de finance&invest.brussels, a financé 5 entreprises à hauteur de près de 500.000 €. Depuis la création de la filière bruxelloise audiovisuelle, son département business a investi près de 2.500.000 € dans des entreprises audiovisuelles bruxelloises. L’industrie créative constitue l’un des cinq thèmes prioritaires de la stratégie d’investissement du pôle de financement public régional afin de soutenir le développement de l’économie bruxelloise. En effet, en investissant dans le futur des médias, l’industrie créative et les loisirs, finance&invest.brussels soutient un secteur déjà bien lancé, dont l’expansion justifie d’y poursuivre ses efforts.

Contact

Noël Magis
screen.brussels fund
+32.475.40.93.11
nmagis@screen.brussels

Pierrette Baillot
screen.brussels film commission
+32.2.548.04.55
pbaillot@screen.brussels

Baptiste Charles
Cinéma, Télévision, Séries, Animation
screen.brussels cluster
bcharles@screen.brussels

Marine Haverland
VR/AR, Gaming, Webseries, Interactif
screen.brussels cluster
mhaverland@screen.brussels

Mélusine Baronian
screen.brussels business
+32.2.548.22.11
m.baronian@finance.brussels

about screen.brussels
Sous une marque unique créée en 2016, screen.brussels rassemble 4 services de soutien à la filière bruxelloise audiovisuelle :

1. le financement de productions qui effectuent une partie de leurs dépenses en Région de Bruxelles-Capitale (screen.brussels fund) ;
2. l’accompagnement d’entreprises dans leur création, leur croissance et leur développement international (screen.brussels cluster, géré par hub.brussels) ;
3. la délivrance d’autorisations et le soutien logistique au tournage (screen.brussels film commission, géré par visit.brussels)
4. le financement structurel d’entreprises audiovisuelles en croissance (screen.brussels business géré par finance&invest.brussels).

Plus d’information sur https://screen.brussels

*MY BUSINESS PASS-Fruit d’un partenariat public–privé, MY BUSINESS PASS couvre l’ensemble des grands challenges de l’entrepreneuriat et propose des outils, des conseils, du réseautage, du testing, des programmes d’accélération, à des entreprises bruxelloises à hauts potentiels.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Pricing Pact, la start-up du juste prix

9 janvier 2020 | Catégorie : actus financements

Pricing Pact, la start-up du juste prix

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Bruxelles – 08/01/2020

Après une année de forte croissance, Pricing Pact lève 625.000€ pour accélérer le développement de sa solution intégrée qui aide les entreprises à améliorer leur stratégie de pricing, et donc leur croissance. La jeune startup bruxelloise Pricing Pact lève 625.000€ auprès de deux fonds d’investissement publics et d’investisseurs privés afin d’accélérer le développement de son SaaS « PriceIt », une solution 100% en ligne destinée aux professionnels tels que les comptables, banquiers ou consultants leur permettant d’aider leurs clients à optimiser leur stratégie de prix.

Pricing Pact permet d’augmenter le chiffre d’affaires et la profitabilité des entreprises par une amélioration de leur stratégie de prix. En effet, le prix est souvent l’élément le plus négligé d’un business alors qu’une fois maîtrisé, c’est celui qui a le plus d’impact sur la croissance de l’entreprise. Chaque entreprise étant unique, il faut qu’elle puisse rapidement trouver l’approche qui lui convienne le mieux et pouvoir s’adapter quand c’est nécessaire.

Laurent-David Hostyn, fondateur et CEO, déplore le manque de spécialistes du pricing sur le marché et a pu constater que de nombreuses entreprises (et en particuliers les petites structures, des indépendants au PME en passant par les start-ups et scale-ups) passent à côté d’une partie importante de leur chiffre d’affaires à cause d’un pricing inadapté. « Nous avons pu assurer une augmentation du chiffre d’affaires de 60% d’un client actif dans la rénovation en un an seulement grâce à une meilleure approche du pricing. C’est dire que de fortes croissances peuvent être provoquées même auprès des entreprises actives dans des secteurs traditionnels».

Une amélioration du pricing peut aller jusqu’à sauver une entreprise de la faillite ou permettre à une start-up de savoir plus tôt si elle peut monétiser son innovation, à combien et savoir si son projet sera viable. D’ailleurs, un mauvais pricing est dans le top 5 des raisons pour lesquelles les start-ups échouent. Rien qu’en Belgique, ce sont des dizaines de milliers d’entreprises et projets qui pourraient être aidés par PriceIt.

Avec PriceIt, Pricing Pact compte faire de nombreux heureux : PriceIt une solution en ligne (un SaaS) qui aide les professionnels (banquiers, comptables, coach de start-ups, analystes de fonds d’investissement) qui ont l’habitude de conseiller leur portefeuille de clients sur leur business plan ou plan financier. PriceIt leur permet de donner les conseils adéquats et faire des simulations d’impact sans être des experts en pricing. PriceIt permet par exemple de savoir si l’entreprise doit baser ses prix sur ses coûts, la concurrence ou la sensibilité prix des clients, de savoir s’il faut augmenter ou baisser ses prix ou encore de savoir quelles sont les erreurs classiques à éviter au lancement d’un nouveau produit ou service.

La force de PriceIt c’est que c’est un concentré de savoir en constante évolution. PriceIt est une véritable boîte à outils digitale utilisable pour traiter de très nombreux cas (que ce soit la vente de produits, services, softwares, dans des business B2C et B2B, et pour des projets à différents stades de maturité). Les professionnels ajoutent dès lors une nouvelle corde à leur arc et leurs clients voient leur chiffre d’affaires grimper.

PriceIt est le fruit de 18 mois de développement, notamment en collaboration avec des doctorants et a permis à Pricing Pact de devenir une référence en matière de pricing en Belgique : +60% de chiffre d’affaires en plus par rapport à 2018, plus de 750 entreprises aidées rien qu’en 2019, 10 partenariats développés avec des incubateurs et fonds d’investissement et une équipe qui est passée de 4 à 12 personnes.

Pricing Pact est initialement une entreprise de consultance qui, depuis l’été 2018, relève le défi de pivoter vers une société qui fournit des solutions en ligne sur le pricing. Pricing Pact qui s’était développé en fonds propres tout en assurant une croissance profitable dès le démarrage, a convaincu deux fonds d’investissement publics – finance&invest.brussels et SambrInvest – ainsi qu’un groupe de business angels privés d’investir 625.000€ pour financer la prochaine accélération de la startup.

« Nous avons veillé à n’avoir que de la smart money, c’est-à-dire des investisseurs qui apportent autre chose qu’un apport financier : leur réseau, leur expertise, leur expérience… et leur réel soutien.. Certains sont des ex-consultants de grands cabinets de conseil, d’autres sont des serial-entrepreneurs ou investisseurs aguerris et nous avons même des membres de l’équipe qui ont investi. Nous ne nous attendions pas à un tel engouement. Tout a été très vite » explique Laurent-David. A noter que Pricing Pact est la première startup belge à attirer les investissements de finance&invest.brussels et SambrInvest au sein de la même levée montrant la volonté des fonds régionaux d’œuvrer ensemble pour répondre à une problématique général, bien sûr au niveau régional mais surtout avec un potentiel qui dépassera vite les frontières.

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels, explique : « En investissant dans Pricing Pact, finance&invest.brussels soutient une solution tech innovante pour définir de façon optimale le prix de vente qui reste souvent difficile à comprendre et à mettre en œuvre. Un atout non négligeable qui permet à un entrepreneur de devenir un meilleur entrepreneur car le prix reste un élément capital pour faire du business. Cet investissement permet de stimuler tout un écosystème entrepreneurial en Région bruxelloise notamment ».

Pour Olivier Mertens de Sambrinvest « Investir dans une startup de la qualité de Pricing Pact est une belle opportunité pour Sambrinvest. Nous avons immédiatement été séduits par les qualités de l’équipe et leur capacité à développer une solution software innovante et performante basée sur leur expertise marché et les insights collectés auprès de leurs premiers clients. Nous sommes ravis d’accueillir Pricing Pact dans notre portefeuille de startups digitales comptant aujourd’hui plus de 30 entreprises. »

Le financement servira à renforcer une équipe pluridisciplinaire composée de développeurs, consultants et data scientists et à initier le développement international. « Je suis heureux que nous ayons pu recevoir ce financement. Nous avons jusqu’à présent réussi à développer une super solution avec une équipe réduite. Le renforcement de l’équipe produit va nous permettre d’exécuter plus rapidement notre product roadmap qui est très fournie. Nous avons encore tellement de choses à développer qui pourront avoir un impact sur la croissance de milliers d’entreprises. C’est très excitant » dit Martin Delobbe, Tech Lead chez Pricing Pact.

Laurent-David Hostyn, fondateur et CEO de Pricing Pact, ne cache pas ses ambitions et vise de devenir une référence européenne en matière de pricing et en particulier du value-based pricing. De plus, la startup envisage de sortir dans le cours de l’année une version Corporate de sa solution PriceIt afin de permettre aux grandes entreprises d’améliorer leur approche du value-based pricing.

Laurent-David Hostyn est titulaire d’un double diplôme Ingénieur en Aéronautique et Aérospatiale de la faculté Polytechnique de l’ULB et de SupAéro (Toulouse). Après avoir travaillé quelques années dans le monde du conseil où il s’est directement spécialisé en pricing, il a co-fondé et géré un incubateur de start-ups en Afrique du Sud en 2016. C’est en 2017, fort de son expérience en Afrique du Sud que le déclic lui vient de développer une boîte à outil digitale qui permettrait à n’importe quelle entreprise d’améliorer son chiffre d’affaires par une meilleure approche de son pricing.

*Le Value-Based Pricing est une approche du pricing qui consiste à établir les prix sur base de la valeur perçue et la sensibilité prix des clients. Cette approche est assez méconnue et peu maîtrisée est pourtant celle qui apporte les meilleurs résultats car elle est centrée sur ce que le client final valorise. Elle est complémentaire voire opposée aux approches dites cost+ (où les prix sont basés sur les coûts) ou competitive-based (où les prix sont basés sur la concurrence).

Apple est le meilleur exemple d’entreprise qui maîtrise cette approche : Apple avait réussi un grand coup en 2007 en sortant un smartphone à près de 500€ et tous les ans a réussi à augmenter son prix de près de 10%. Apple est aujourd’hui valorisée à plus d’1,2 trilliards alors qu’elle était de 75 milliards en 2007. Pricing Pact a déjà pu démontrer que certaines entreprises avaient des prix tellement bas que les clients se méfiaient de la qualité des produits alors qu’ils étaient de qualité. Dans certains cas, l’entrepreneur a pu tripler ses prix sans perdre le moindre volume de vente.

Contact presse :
Candice@pricingpact.com – 0485708858
http://www.pricingpact.com/
https://www.linkedin.com/company/pricing-pact

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Sylho lève un demi-million d’euros pour accompagner les médecins et les spécialistes dans leur transition numérique

11 décembre 2019 | Catégorie : actus financements

Sylho lève un demi-million d’euros pour accompagner les médecins et les spécialistes dans leur transition numérique

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
10 décembre 2019

Bruxelles, 10 décembre 2019. La start-up d’e-santé bruxelloise Sylho, proposant des logiciels médicaux pour chirurgiens, réalise une levée de fonds d’un demi-million € auprès de finance&invest.brussels et d’investisseurs privés. En offrant une solution adaptée à la gestion du dossier patient et prise de rendez-vous par internet, la jeune entreprise permet aux médecins de faire face aux nouvelles obligations en vigueur (prescription médicale notamment) et de les libérer des tâches chronophages afin de se concentrer sur la pratique médicale. Le financement vise à soutenir son développement technologique et commercial pour confirmer sa place de leader dans l’accompagnement des praticiens dans leur transition numérique.

Créée en 2017 par François Weiss, fils de chirurgien, la start-up bruxelloise Sylho est portée par une équipe jeune et énergique qui a choisi de soutenir la profession médicale constatant qu’un praticien consacre au moins 30% de son temps aux tâches administratives. Sylho s’est donnée pour mission de prendre soin de ceux qui prennent soin des autres. Objectif principal : alléger les tâches administratives des chirurgiens et des spécialistes en les automatisant le plus possible.

La société accompagne ainsi des praticiens dans leur transition numérique et ce, au travers de 2 logiciels médicaux uniques : le Surgery Manager, logiciel de gestion du dossier patient pour chirurgiens (focus notamment sur les instants pré & post-op dans le dossier patient du praticien), et le RDV Manager, plateforme de prise de rendez-vous centralisée et collaborative, et propose également des services additionnels (secrétariat médical ou encore la création de sites web) pour les aider davantage.

« La mise en œuvre du plan e-santé se concentre principalement sur les patients aux dépens des médecins moins bien lotis. Aujourd’hui, ce symptôme se manifeste par le burnout d’une profession notamment délaissée dans sa mutation numérique. Grâce à sa technologie de pointe, Sylho assure la meilleure évolution possible de ses solutions qui restent pertinentes, personnalisées et adaptées aux besoins de chacun. Elle entretient une relation étroite humaine et continue avec ses utilisateurs afin d’offrir une transition unique et réussie, et d’améliorer en permanence des solutions « par les praticiens pour les praticiens », confie François Weiss, CEO et fondateur

Aujourd’hui, Sylho est leader en Belgique francophone dans la digitalisation des chirurgiens plastiques et entend s’étendre à l’ensemble du corps médical. Forte de ces premiers succès, Sylho annonce une levée d’un demi-million d’euro pour renforcer sa présence géographique et accélérer le développement de son éco-système. La levée de fonds a rassemblé des investisseurs privés, tel que Nicolas Debray (ex-Google, Solvay Brussels School) ainsi que l’invest régional, finance&invest.brussels.

Convaincue du potentiel de cette start-up bruxelloise active dans la digitalisation du secteur médical finance&invest.brussels investit 200.000 euros. « Sylho offre une solution medtech innovante et répond aux besoins de propriété, sécurité et simplicité des praticiens et spécialistes. Soutenir une telle technologie permet par ailleurs de soutenir tout un eco-système spécifique et de booster l’économie bruxelloise », relève Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels.

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Second closing pour Scale II qui porte sa capitalisation à 8 millions €

10 décembre 2019 | Catégorie : actus financements

Second closing pour Scale II qui porte sa capitalisation à 8 millions €

Communiqué de presse
Bruxelles, 10 décembre 2019

Après un premier closing réalisé en juillet 2019, le fonds atteint aujourd’hui la taille de 8M€ et accueille finance&invest.brussels ainsi que cinq nouveaux investisseurs privés au capital. L’objectif est d’atteindre in fine une taille de 15M€ pour investir dans une dizaine de scale-ups dans les 4 prochaines années.

Après la S.F.P.I. et Sambrinvest qui avaient déjà rejoint le fonds lors du premier closing, c’est un nouvel acteur institutionnel de poids qui rejoint ce nouveau tour de table : finance&invest.brussels, au côté de cinq nouveaux investisseurs privés. L’objectif de l’équipe est d’amener la capitalisation du fonds à 10 millions d’euros d’ici fin janvier 2020, pour atteindre 15M€ d’ici juillet 2020.

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels, déclare : La prise de participation dans Scale II permet à finance&invest.brussels de soutenir à un nouvel acteur sur le marché, s’inscrivant dans la continuité du fonds Scale I et de bénéficier de dossiers qualitatifs concernant des scale-ups en croissance, lui permettant ainsi d’envisager des co-investissements. finance&invest.brussels a en effet pour mission de faciliter et compléter la chaîne de financement. Cet investissement permet par ailleurs de démontrer un dynamisme et une volonté de soutenir les écosystèmes propices au développement de l’entrepreneuriat notamment en Région bruxelloise. Et de préciser : « Il tient compte également de la qualité du partenariat noué depuis plusieurs années avec les équipes de Be Angels ».

Le fonds Scale II vise à répondre à la problématique grandissante d’equity gap dans la chaîne de financement des scale-ups, en se positionnant dans une phase qui se situe entre les business angels, qui investissent généralement entre 100K et 0,5M€ au cours de plusieurs levées de fonds et les acteurs professionnels du venture-capital (3M+). Ce nouveau fonds, qui se veut généraliste, injectera entre 300k€ et 500k€ par projet et soutiendra une dizaine de dossiers en quatre ans, avec la possibilité de monter jusque 1M€. Scale II accompagnera les jeunes scale-ups innovantes à fort potentiel de développement en leur apportant en particulier une approche hands-on, un réseau de compétences et d’expérience en s’appuyant notamment sur les membres de Be Angels, et une rapidité d’analyse et de décision.

Claire Munck, Managing Partner du fonds déclare à ce sujet : « Nous sommes ravis d’accueillir finance&invest.brussels dans le fonds et d’avoir réussi ce second closing. Plus de 45 dossiers ont soumis leur candidature à l’équipe de gestion depuis mi-juillet, soulignant la pertinence du fonds et son adéquation par rapport au besoin du marché ».

Pour rappel, le positionnement du fonds Scale II est le suivant :

  • Une stratégie d’investissement conduisant à se concentrer sur des scale-ups en phase de post investissement business angel et présentant des perspectives de croissances importantes
  • Une relation forte avec le réseau de business angels Be Angels et des co-investisseurs qualifiés
  • Processus d’analyse et de décision rapide

A propos de Scale Investment Fund

Scale est un fonds d’investissement post business angel, pre-venture capital/coporate partnership actif en Belgique. Le fonds, qui se veut généraliste, vise à répondre à la problématique grandissante « d’equity gap » dans la chaine de financement des Scale-ups. En se positionnant dans une phase « post business angels » / « pré-Venture Capital », Scale II a pour ambition d’entrer au capital de sociétés ayant consolidé leur équipe, validé leur positionnement stratégique au sein du marché et validé la traction commerciale de leur(s) produit(s), tout en bénéficiant de la dernière valorisation intéressante avant l’arrivée d’un VC et/ou d’un industriel au capital.

Contact

Claire Munck
Managing Partner des fonds Scale
m. +32 0486 38 01 45
claire@scale-fund.com
www.scale-fund.com
Linkedin @Scale Inestment Funds

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

Pepibru fête ses 10 ans !

28 novembre 2019 | Catégorie : actus

Pepibru fête ses 10 ans !

COMMUNIQUE DE PRESSE
26 novembre 2019

Bruxelles, le 26 novembre 2019. A proximité immédiate de la Gare du Midi, le centre d’entreprises Pepibru, filiale de finance&invest.brussels, dédié aux secteurs de l’audiovisuel et des métiers créatifs célèbre son dixième anniversaire. L’occasion de mettre le focus sur cet incubateur bruxellois qui a hébergé, et continue d’accueillir, plusieurs « pépites » entrepreneuriales dont Kings of Comedy, Mosaert ou encore The sound of Belgium (VisualAntics). Plus d’une centaine de jeunes pousses ont pu naître au sein d’un terreau spécifique fertile au réseautage et aux synergies sectorielles, participant ainsi au développement économique local et à l’attractivité régionale.

pepibru ©David Plas
©David Plas

Situé rue Bara à Anderlecht, au sein d’un magnifique bâtiment industriel rénové de 14.000m² comprenant notamment des panneaux photovoltaïques en toiture, Pepibru met à disposition des jeunes entreprises des espaces de production de 22 à 100m². A ce jour, une quarantaine de sociétés y sont installées pour un total d’environ 200 emplois, sans compter tous les emplois indirects générés par l’activité événementielle. Depuis 10 ans, la pépinière a permis le déploiement de 100 sociétés et la création d’environ 350 emplois directs.

Constitué conjointement en 2009 par Brusoc, filiale finance&invest.brussels, Citydev et le Groupe Daoust (jusqu’en 2014) et rejoint par la Commune d’Anderlecht en 2016, le centre a pour mission de contribuer au développement économique des starters en favorisant les synergies entre les entrepreneurs installés, en assurant un accompagnement de leurs projets et en offrant des conditions optimales de travail « clé sur porte » à des tarifs avantageux. Plus de 8 entreprises sur 10 ont déjà collaboré sur certains projets avec d’autres starters du centre d’entreprises.

« Nous sommes convaincus de l’importance du rôle et de l’attractivité de Pepibru qui contribue à l’industrie créative de la Région. Parmi les huit centres d’entreprises publics régionaux*, son concept est basé sur l’échange d’idées, la créativité, l’esprit entrepreneurial dans des locaux adaptés porteurs d’énergie. Tout ça à Bruxelles pour mettre toutes les chances de son côté pour réussir son projet entrepreneurial dans le secteur de l’audiovisuel ou de la communication », relève Etienne-Jean Noël, Président du CA de Pepibru.

Pepibru ©David Plas
©David Plas

La centre veille à maintenir un taux d’occupation idéal et à optimaliser des actions et projets existants. Il enregistre actuellement une occupation de 90%, tout en assurant une rotation qui permet de continuer à accueillir de nouveaux starters.

« Ce dixième anniversaire, c’est surtout l’occasion de se féliciter du nombre d’entreprises, qui ont pu se lancer grâce à l’hébergement dont elles ont pu bénéficier à Pepibru. Car un centre d’entreprises, c’est bien plus que des briques. C’est un véritable écosystème qui joue un rôle essentiel d’émulation et d’accélérateur de réseau pour les jeunes entrepreneurs. Les projets audiovisuels et de communication qui sont nés à Pepibru en ont largement profité. À l’avenir, ils m’importent que ces écosystèmes s’inscrivent dans la transition écologique et solidaire que j’appelle de mes vœux », se réjouit la secrétaire d’État bruxelloise à la Transition économique, Barbara Trachte.

Quelques success stories au sein de Pepibru…

Dès son ouverture en 2009, Pepibru a accueilli une toute jeune boîte qui venait de se créer, Kings of Comedy, qui a largement contribué à créer la nouvelle scène de l’humour belge. Alex Vizorek, Kody, James Deano ou encore Dan Gagnon ont tous débuté dans les bureaux de Pepibru.

Pepibru a eu le plaisir d’accueillir le manager de Stromae, à l’époque où ce dernier commençait à se faire connaître… Et lorsque Stromae a lancé son label « Mosaert », c’est également là qu’il a installé ses bureaux avant de poursuivre son succès, toujours en Région de Bruxelles-Capitale

Pepibru a également cru en VisualAntics, une jeune société de production audiovisuelle qui était en train de réaliser « The sound of Belgium » qui a connu un succès phénoménal et dont le concept a été décliné en soirées, en édition de cds, en merchandising …

PEPIBRU, audiovisual &creative business factory www.pepibru.be

*Atelier des Tanneurs, Centre d’entreprises de Molenbeek, Dansaert, Euclides, La Lustrerie, M-Brussels Village, Village Partenaire et Pepibru

Evénements, projets, études

Actualités

image actualités

9.5 Ventures perce dans le corporate venturing et récolte 25 millions

25 novembre 2019 | Catégorie : actus

9.5 Ventures perce dans le corporate venturing et récolte 25 millions

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
25 novembre 2019

9.5 Ventures, un fonds de capital-risque spécialisé dans le « corporate venturing », clôture une augmentation de capital substantielle en seulement sept mois

Le fonds de capital-risque 9.5 Ventures clôture avec succès une augmentation de capital de 25 millions d’euros, la deuxième depuis sa création il y a deux ans.

9.5 Ventures, connu pour avoir créé les joint ventures The Park (avec Telenet) et Avail (avec Schoenen Torfs), est le premier fonds de capital-risque en Europe à créer des start-ups avec de grandes entreprises et à les lancer sur le marché – une activité qui porte le nom de « corporate venturing ». La formule séduit de plus en plus les entreprises belges et internationales, comme le démontre la rapidité avec laquelle 9.5 Ventures a su attirer des capitaux frais.

Les 25 millions proviennent d’entrepreneurs-investisseurs flamands connus, et notamment des véhicules d’investissement de Philippe Vlerick, de Thomas Leysen, de la famille Bostoen, avec la société d’investissement Algimo, et de Jo De Backer.

David Vlerick : « Le champ d’action de 9.5 Ventures, qui fait sortir de terre des entreprises tournées vers l’avenir pour les aider ensuite à se développer et à s’épanouir, est unique en son genre et promet de façonner un avenir extraordinaire de façon ciblée. D’autant qu’elle se double d’un modèle de partenariat avec des entreprises partageant les mêmes vues et qui apportent leurs connaissances, leur savoir-faire, leur réseau et un complément en termes de force de frappe ».

En outre, des investisseurs institutionnels injectent également des capitaux dans le fonds et notamment le holding public fédéral SFPI-FPIM, en tant que société d’investissement des autorités fédérales, ainsi que finance&invest.brussels, l’invest public bruxellois.

Matthieu De Posch (SFPI-FPIM) : « La SFPI-FPIM est convaincue par le caractère unique du fonds. Nous pensons que le mariage entre l’esprit d’entreprise et la rapidité d’un fonds de VC, combinés avec la force de frappe des grandes entreprises, peut générer des start-ups extraordinaires et à un tempo très rapide ».

Pierre Hermant (finance&invest.brussels) : « Le Corporate Venturing est un thème stratégique au sein de finance&invest.brussels. Nous soutenons sans réserve la vision et la méthodologie de 9.5 Ventures, qui joue sur les facteurs de réussite critiques pour permettre aux jeunes entreprises d’innover de façon concrète et entreprenante ».

9.5 Ventures implique également des « investisseurs actifs » dans le fonds et dans son fonctionnement. Ceux-ci investissent donc dans le fonds, mais siègent aussi activement dans les Conseils d’administration des start-ups fondées par 9.5 Ventures. Ils sont à la barre et préparent le nouveau management au déploiement vers le marché. Parmi les entrepreneurs de haut niveau attirés par cette formule figurent Jo Buekens (ex-Conteyor, ex-Indaver), Caspar Van Rhijn (Mediahuis) et Alex Brabers, ancien membre de la direction du Gimv.

Jo Buekens : « Construire quelque chose à partir de zéro en associant les points forts des grandes entreprises avec l’innovation, la flexibilité et l’esprit d’entreprise d’une start-up m’a paru d’emblée une formule promise à la réussite, et à laquelle j’ai bien volontiers apporté mon soutien ».

Caspar Van Rhijn : « Dès mon premier contact avec 9.5 Ventures, j’ai su que ce fonds répondait à un besoin réel du marché : un fonds de corporate venturing qui combine une méthodologie unique avec l’expérience d’investisseurs actifs qui mettent leur peau en jeu ».

Alex Brabers : « Le business model de 9.5 Ventures est unique et attrayant : la situation économique du fonds est influencée positivement par son rôle de cofondateur des nouvelles entreprises et grâce à sa coopération opérationnelle avec les grandes entreprises ».

« 75% des initiatives de corporate venturing dans les grandes entreprises connaissent l’échec »

Les choses vont vite pour 9.5 Ventures. Créé en 2017 par six entrepreneurs-investisseurs flamands, il a commercialisé depuis lors une méthodologie visant à fonder des corporate ventures en partenariat avec des grandes entreprises.

Ce choix, selon Pieter Van de Velde, General Partner de 9.5 Ventures, répond à un besoin clair du marché : « Les CEO des grandes entreprises sont constamment à la recherche de nouvelles façons d’innover, d’être là où on ne les attend pas et de prendre leur marché de vitesse. La recherche nous montre pourtant que 75 % de leurs initiatives en matière de corporate venturing connaissent l’échec. Notre méthodologie, qui s’appuie sur la structure d’un fonds, apporte la réponse adéquate, comme le démontrent les résultats positifs des projets The Park et Avail ».

Selon Pieter Van de Velde, 9.5 Ventures a su s’emparer d’une formule unique : « Ce qui distingue notre fonds, c’est qu’il construit et investit dans des joint ventures avec ces multinationales. 9.5 Ventures mise elle-même un euro pour chaque euro apporté par une entreprise. Cet engagement financier va de pair avec ce que nous appelons le fait de « mettre sa peau en jeu » : les investisseurs actifs entrent dans les Conseil d’administration des start-ups afin d’y coacher l’équipe de management qui vient de s’installer – et que nous recrutons ensemble ».

Et cet intérêt se manifeste aussi au niveau international. 9.5 Ventures confirme avoir déjà signé des « Memorandums of Understanding » en vue de fonder des joint ventures avec des multinationales renommées en Allemagne et aux Pays-Bas.

Mais selon Pieter Van de Velde, il n’y a aucune raison que les choses en restent là : « Nous travaillons avec de grandes multinationales ambitieuses dont le centre de décision se trouve en Europe. Dans le segment B2C, le FMCG, la vente au détail et l’entertainment, entre autres, sont prometteurs. Cela dit, notre méthodologie se révèle particulièrement adaptée aussi aux secteurs B2B, et les technologies pour le secteur de la construction et pour les RH semblent avoir beaucoup de potentiel ».

Deux projets phares : un concept de gaming VR et une plateforme d’e-commerce social

Entre-temps, les premiers projets d’investissement de 9.5 Ventures portent leurs fruits. The Park, une joint venture avec Telenet, propose des salles destinées aux jeux en réalité virtuelle (VR). Lancée en 2018 à Anvers, The Park compte déjà quatre filiales et beaucoup d’autres devraient suivre, comme le laissent entendre ses plans de croissance ambitieux. Le concept plaît non seulement aux consommateurs (plus de 60.000 visiteurs déjà depuis la création), mais se prête aussi aux sorties d’entreprise : environ un tiers des rentrées provient de clients B2B. En parallèle, The Park trace son sillon dans le domaine de la propriété intellectuelle avec le développement en interne de trois jeux jusqu’à présent.

John Porter, CEO de Telenet : « The Park est un pionnier dans l’avenir de l’entertainment, un domaine où tout acteur des télécoms se doit d’être actif ».

Avail, la plateforme d’e-commerce social pour les marques de mode émergentes et qui permet aux « curateurs » (influenceurs, amateurs de mode, etc.) de créer leur propre magasin virtuel, a été lancée en septembre dans le cadre d’une joint venture avec Schoenen Torfs. En deux mois, la plateforme peut déjà s’appuyer sur plus de 40.000 visiteurs uniques dont les activités sont déployées dans une quinzaine de pays. C’est surtout au Royaume-Uni que l’intérêt pour la formule est très marqué, puisque ce pays représente à lui seul quelque 40 % des interactions sur la plateforme.

Pieter Van de Velde, General Manager de 9.5 Ventures : « C’est remarquable : une start-up belge parvient dès son lancement à peser au niveau international, une performance que peu de « peers » avaient réussi jusque-là dans leur propre pays ».

À propos de 9.5 Ventures
9.5 Ventures est le premier fonds de capital-risque à se spécialiser dans le corporate venturing.
9.5 Ventures développe et investit dans des joint ventures en partenariat avec de grandes entreprises, mettant ainsi du corporate venture capital (CVC) à la disposition d’investisseurs privés. Elle gère actuellement plus de 25 millions d’euros de capital-risque.
Le leitmotiv de 9.5 Ventures est « hitting hard rather than hitting many ». Dans les trois à cinq ans à venir, le fonds sélectionnera et lancera une dizaine de corporate ventures.

https://ninepointfive.vc/home
Pieter Van de Velde, General Manager de 9.5 Ventures : pieter@ninepointfive.vc

FAQBOT

Introduire une demande

Bonjour, quel est le montant total recherché?